La prescription en matière de jugement des comptes de gestion des comptables publics au Sénégal

Dans le cadre de la réforme d’ensemble des institutions judiciaires initiée par le Gouvernement du Sénégal à la fin des années 1990, il est procédé à la création d’une Cour des Comptes qui fut jusque-là une chambre de la Cour suprême. La loi n° 99-02 du 29 janvier 1999 portant révision de la Constitution marque une étape majeure dans la recherche de la transparence dans la gestion des affaires publiques au Sénégal. Cette préoccupation, reprise par le Traité de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) du 10 janvier 1994, s’est matérialisée par l’adoption du Code de transparence dans la gestion des finances publiques des Etats membres.

Depuis, la nouvelle haute juridiction qui jouit d’une autonomie organique et fonctionnelle s’appuie sur une organisation, des procédures et des moyens spécifiques pour exercer un contrôle indépendant des comptes et de la gestion de l’Etat, des collectivités territoriales et de leurs démembrements respectifs. A ce titre, elle s’assure de la régularité des comptes des comptables publics, de l’efficience et de la transparence dans la gestion des deniers publics, de la sanction des manquements aux règles de bonne gestion et de sauvegarde du patrimoine public ainsi que de l’amélioration des méthodes et techniques de gestion, apportant de ce fait une contribution importante à la consolidation de l’Etat de droit.

Toutefois, nous constatons, au regard de l’office du juge des comptes, quelques manquements de nature à compromettre les objectifs assignés à l’institution. Ceux-ci apparaissent tant au niveau de l’organisation, des procédures que des rapports de la Cour avec les autorités exécutives et les personnes physiques ou morales soumises à son contrôle. S’agissant spécifiquement des comptables publics, l’un des problèmes particuliers concerne le jugement des comptes dans des délais raisonnables.

Cliquez ici pour télécharger l’intégralité de la contribution.

 Par Modou BEYE

Inspecteur du Trésor

Enseignant-Chercheur associé

4 Commentaires

  1. Ababacar NDIAYE

    Merci Monsieur Beye pour cette brillante contribution scientifique. Vos productions ne cessent de nous orienter et de nous ouvrir également d’autres perspectives d’approches plus actualisées. Fierté renouvelée Prof !

    Réponse
  2. LEYE Mame Oumar Saliou

    Merci Professeur. C’est avec beaucoup plaisir que je reçois ce document
    très intéressant.

    Réponse
  3. Moustapha SOW

    Nous sommes vraiment très heureux du travail scientifique que nous rencontrons ici. Ces contributions revigorent à jamais nos acquis scientifiques dans le cadre du droit. Merci professeur Diakhaté, mon très cher maître.

    Réponse
  4. Sene

    Merci beaucoup le texte est très intéressant je vous lis avec beaucoup d’intérêt

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le régime juridique de la motivation des actes administratifs au Sénégal. Par Pr Abdoulaye DIEYE

Publié par : EDJA, n° 81, Avril-Mai-Juin 2009, p.23  Introduction Dans une société démocratique, les personnes physiques ou morales ont le droit d'être informées sans délai des motifs des actes administratifs qui les concernent surtout s’ils sont défavorables.[1] La...

Le juge face à la matière administrative au Sénégal. Par Pr Abdoulaye DIEYE

In Annales africaines Revue de la Faculté des Sciences juridiques et politiques de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Décembre 2018, N°9, pp 339-364 RESUME Le système sénégalais d’unité de juridiction à la base présente l’avantage certain lié au fait que le...

L’excès de pouvoir et le juge au Sénégal et en France. Par Pr Abdoulaye DIEYE

In Revue africaine de Science politique et sociale n°40 JANVIER 2023, PP 370 - 396 RESUME A travers l’invocation d’un excès de pouvoir, on conteste un comportement intolérable juridiquement parlant dans un Etat de droit. Cela est généralement le cas de...

La question de la transparence et de la sincérité des élections dans les systèmes électoraux de l’Afrique francophone. A propos des expériences guinéenne et malienne. Par Abdourahamane DIALLO

« Si le processus électoral est libre, équitable, exact, transparent et dûment contrôlé, et si les lois et règlements sont appliqués comme il se doit, il devient plus difficile pour les participants et les électeurs de refuser les résultats d’un scrutin ou la...

L’application de la loi nouvelle dans le temps : la jurisprudence du conseil constitutionnel du Sénégal. Par Cheikh Mbacké NDIAYE

Résumé : L’objectif de cette contribution est d’éprouver, de mettre en perspective la jurisprudence du Conseil constitutionnel relative à l’application de la loi nouvelle dans le temps pour mettre en exergue comment le déterminant temps est pris en compte par la...

« Le Droit international public et la responsabilité de protéger » Par Ousmane Famagan KONATE[1] et Abdourahamane DIALLO[2]

« … si l’intervention humanitaire constitue effectivement une atteinte inadmissible à la souveraineté, comment devons-nous réagir face à des situations comme celles dont nous avons été témoins au Rwanda ou à Srebrenica, devant des violations flagrantes, massives et...

La gouvernance des données : localisation des données, base de donnée biométrique et identité numérique. Par Astou DIOUF

À propos de l’auteur Astou Diouf est une juriste diplômée de la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques (FSJP) de l’Université Cheik Anta DIOP de Dakar. Doctorante en Droit Privé. Elle possède une grande expérience en matière de Contentieux des Affaires, des...

Plaidoyer pour l’accès direct des individus à la Cour africaine des droits de l’Homme et des peuples et à la future Cour africaine de justice, des droits de l’Homme et des peuples. Par Mamadou Falilou Diop

Référence : RDP 2016-2, pp. 651-684 Résumé : Depuis les années 1980, les États africains se sont engagés à mieux protéger les droits de l’Homme à travers la création de la Charte africaine des droits de l’Homme et des peuples. Cette consécration constitue une avancée...

La nature des élections locales en droit électoral des États d’Afrique noire francophone, Par Alassa MONGBAT

Référence : Revue des Réflexions constitutionnelles, n°025, septembre 2022, pp. 57-84.   Résumé : Les élections locales sont-elles des élections administratives ou des élections politiques en droit électoral des États d’Afrique noire francophone ? C’est à cette...

Les comptes annuels des collectivités territoriales au Sénégal, Par Tidiane BA

Les collectivités territoriales sont des démembrements de l’Etat prévues par la Constitution sénégalaise du 22 janvier 2001, modifiée disposant qu’elles « constituent le cadre institutionnel de la participation des citoyens à la gestion des affaires publiques. Elles...