Le pouvoir d’injonction du juge constitutionnel en Afrique noire francophone

Publié par les Annales africaines, Nouvelle Série, Vol. 1, Avril 2019,  n° 10, pp. 37-78.

La coexistence, dans la jurisprudence constitutionnelle africaine, des modèles de décisions typiques – le diptyque traditionnel de l’annulation ou du rejet – et des formes atypiques d’intervention du juge – l’injonction – interroge sur les transformations contemporaines de l’office du juge. Le champ de la production normative n’est plus étranger aux nouvelles figures du contentieux constitutionnel qui se singularisent par l’intervention du juge constitutionnel dans l’adoption et l’exécution de la norme. A ce titre, les réserves d’interprétation prescriptives, les décisions d’annulation partielle qui entraînent une obligation de rectification de la norme, les décisions d’abrogation différée assorties d’une indication du contenu ou du sens de la norme, à l’instar de l’injonction, se définissent globalement par la participation du juge à la réécriture ou au complément de la norme. Ces formes d’intervention, qualifiées de positives par la contribution du juge dans le processus normatif, rompent avec la théorie kelsénienne du juge législateur-négatif qui a façonné le contentieux constitutionnel autour du diptyque traditionnel susmentionné.

Dans son acception large, l’injonction renvoie à un ordre, une prescription, un commandement émanant d’une autorité, en l’occurrence juridictionnelle. Dans son sens étroit, en droit judiciaire privé, la notion est duale en ce qu’elle se décline en une obligation de faire – l’exécution des obligations contractuelles dans les délais et les conditions déterminées par le juge – et une obligation de payer destinée au débiteur en vue de l’acquittement d’une dette. Dans le contentieux administratif, elle se caractérise par l’imposition, dans l’intérêt des parties, de mesures d’exécution dans un sens déterminé ou, plus rarement, l’adoption à nouveau d’une décision après une nouvelle instruction. La technique permet résolument au juge d’assumer l’administration de ses propres décisions. Naturellement, cette prérogative prétorienne achoppe sur la théorie classique du juge constitutionnel législateur-négatif. Par conséquent, son intégration dans le contentieux constitutionnel est non seulement atypique en soi mais concrétise la mutation de la nature de l’office du juge. En effet, l’injonction, dans le contentieux constitutionnel, est significative d’un pouvoir de décision revêtu d’un titre exécutoire que le débiteur – législateur ou pouvoir exécutif –, dans le délai imposé, s’astreint à réaliser en se conformant au sens que le juge aura unilatéralement déterminé. D’une part, lorsqu’elles sont adressées au législateur, les injonctions renferment des « habilitations dotées d’un caractère obligatoire (…) pour la production de normes législatives futures ». Au demeurant, une propriété injonctive transparaît dans les mesures provisoires consistant, à partir d’un constat d’inconstitutionnalité, à moduler temporairement par des règles prétoriennes des situations relevant du législateur et dans l’attente de l’intervention de celui-ci. La pratique est fréquente en Allemagne. Un droit transitoire jurisprudentiel se substitue dès lors à la norme contestée muant l’office du juge en une sorte de pouvoir législatif auxiliaire. D’autre part, les injonctions adressées à l’exécutif sous-tendent la manifestation, pour le moins iconoclaste, d’une prescription qui vise à adopter ou corriger un comportement dans un délai déterminé.

Cliquez ici pour télécharger l’intégralité de la contribution.

Par Sidy Alpha NDIAYE

Université Cheikh Anta DIOP

Faculté des Sciences juridiques et  politiques

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Insurrection juridictionnelle au Sénégal. Par le Pr Abdoulaye SOMA

Edition : Afrilex Février 2024 INTRODUCTION Le printemps sénégalais. C’est ainsi qu’on pourrait parler du changement du climat politique et jurisprudentiel résultant de l’effet de la décision rendue le 15 février 2024 par le Conseil constitutionnel du Sénégal1. Tout...

La décision n°1/C/2024 du 15 février 2024 : manifestation d’une posture conséquentialiste du juge constitutionnel sénégalais ? Par ADOUA-MBONGO Aubrey Sidney

 Il y a pratiquement trente ans le Président du conseil constitutionnel français, Robert Badinter, affirmait, à propos de l’évaluation des conséquences par le juge constitutionnel, que : « la prise de décision est une opération très complexe dans le contrôle de...

Quand un dialogue peut être une diversion. Jeu et manipulation de l’élite politique dirigeante en Afrique francophone. Par BAHDON Abdillahi Mohamed

Introduction À la fin des années 1990, l'Afrique noire était entrée dans une période de changement constitutionnel. Une certaine euphorie avait gagné certains africanistes comme Akindès Francis, Amadou A. et Quantin Patrick ont rapidement évoqué le changement...

La sociologie de la « mort » d’une institution politique au Sénégal : déconstruire et reconstruire le sénat. Par Serigne Ahmadou GAYE,

Résumé Cette réflexion vise, par une approche diachronique à analyser et déconstruire les causes de la « mort » du sénat au Sénégal. Après avoir été créée à la suite d’un processus de légitimation et d’objectivation, l’institution sénatoriale a subi d’innombrables...

Panorama de jurisprudence du droit de l’urbanisme et de la construction au Sénégal. Par Dr Papa Makha DIAO

Introduction   On constate que le juge sénégalais de l’excès de pouvoir est de plus en plus saisi sur les questions d’urbanisme liées notamment à l’occupation du sol et de l’espace[1]et sur celles ayant trait aux règles de construction malgré l’abondance de...

Pouvoir personnel et mal gouvernance : la problématique du troisième mandat présidentiel en Afrique. Par BAHDON Abdillahi Mohamed

Résumé La limitation des mandats présidentiels dans les régimes nouveaux politiques post transition de 1990 en Afrique francophone a été considérée une avancée dans le constitutionnalisme africain, qui sortait trois décennies de monotisme politique et du blocage de...

Le régime juridique de la motivation des actes administratifs au Sénégal. Par Pr Abdoulaye DIEYE

Publié par : EDJA, n° 81, Avril-Mai-Juin 2009, p.23  Introduction Dans une société démocratique, les personnes physiques ou morales ont le droit d'être informées sans délai des motifs des actes administratifs qui les concernent surtout s’ils sont défavorables.[1] La...

Le juge face à la matière administrative au Sénégal. Par Pr Abdoulaye DIEYE

In Annales africaines Revue de la Faculté des Sciences juridiques et politiques de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Décembre 2018, N°9, pp 339-364 RESUME Le système sénégalais d’unité de juridiction à la base présente l’avantage certain lié au fait que le...

L’excès de pouvoir et le juge au Sénégal et en France. Par Pr Abdoulaye DIEYE

In Revue africaine de Science politique et sociale n°40 JANVIER 2023, PP 370 - 396 RESUME A travers l’invocation d’un excès de pouvoir, on conteste un comportement intolérable juridiquement parlant dans un Etat de droit. Cela est généralement le cas de...

La question de la transparence et de la sincérité des élections dans les systèmes électoraux de l’Afrique francophone. A propos des expériences guinéenne et malienne. Par Abdourahamane DIALLO

« Si le processus électoral est libre, équitable, exact, transparent et dûment contrôlé, et si les lois et règlements sont appliqués comme il se doit, il devient plus difficile pour les participants et les électeurs de refuser les résultats d’un scrutin ou la...