Le pilotage de la performance des finances publiques dans les Etats membres de l’Union Economique et Monétaire Ouest-africaine (UEMOA)

Publié par la Revue africaine des Finances publiques (RAFIP), n° 9, Premier Semestre 2021, pp. 8- 47.

La question de la performance constitue un point d’attention dans l’analyse systémique de la problématique des finances publiques contemporaines. Intrant de qualité dans la gouvernance démocratique, l’utilisation des ressources publiques implique que les citoyens, les usagers et les contribuables, désormais considérés comme des « clients », profitent des services publics délivrés, dans la transparence, par les administrations publiques. La quête de la performance devient en quelque sorte un défi de justice sociale. Cette pensée interroge manifestement l’idée que les libertés de base étant garanties, il reste à institutionnaliser le principe d’égalité dans la répartition des avantages matériels. On en arrive ainsi à tracer la ligne directrice d’une réflexion sur les rapports entre la réforme de l’Etat et les finances publiques. Pour l’avoir bien enseigné dans le contexte français, Michel Bouvier est d’avis que « la LOLF ne peut être mise en oeuvre avec succès qu’en tenant compte de la réalité administrative à laquelle elle doit s’appliquer ». On peut ainsi comprendre que la gestion publique soit alors alignée sur des prétentions d’efficacité, d’efficience et d’amélioration de la qualité du service public, en cohérence avec des objectifs planifiés. D’ailleurs, « ce n’est pas parce qu’une dépense est publique qu’elle est socialement utile (et il ne suffit pas de montrer que sa finalité est légitime, ce qui est la moindre des choses) : dans une démocratie, l’utilité d’une dépense publique ne se présume pas, mais doit en permanence se prouver ». Plus qu’auparavant, « la logique et les modes de l’action publique sont en train de se transformer profondément ».

Les leviers traditionnels d’une action publique gouvernée par les moyens ne suffisent plus à assurer l’utilisation transparente des deniers publics et l’accès équitable aux services publics. Bien plus, l’explosion de la demande adressée aux pouvoirs publics a fini d’ébranler le confort d’une administration garnie de prérogatives de puissance publique. Sans doute la conception de la gestion publique est-elle appelée à évoluer en vue de répondre aux exigences de la performance. Dans cette perspective, la réforme des processus gestionnaires est manifestement inéluctable. Le budget doit non seulement mettre en avant les moyens liés à l’action publique, mais également justifier la répartition des allocations par rapport à la réalisation d’objectifs définis ex ante pour chaque poste de dépense.

Cliquez ici pour télécharger l’intégralité de la contribution.

Par Meïssa DIAKHATE
Maître de Conférences agrégé
Faculté des Sciences juridiques et politiques
Université Cheikh Anta Diop de Dakar / Sénégal

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Insurrection juridictionnelle au Sénégal. Par le Pr Abdoulaye SOMA

Edition : Afrilex Février 2024 INTRODUCTION Le printemps sénégalais. C’est ainsi qu’on pourrait parler du changement du climat politique et jurisprudentiel résultant de l’effet de la décision rendue le 15 février 2024 par le Conseil constitutionnel du Sénégal1. Tout...

La décision n°1/C/2024 du 15 février 2024 : manifestation d’une posture conséquentialiste du juge constitutionnel sénégalais ? Par ADOUA-MBONGO Aubrey Sidney

 Il y a pratiquement trente ans le Président du conseil constitutionnel français, Robert Badinter, affirmait, à propos de l’évaluation des conséquences par le juge constitutionnel, que : « la prise de décision est une opération très complexe dans le contrôle de...

Quand un dialogue peut être une diversion. Jeu et manipulation de l’élite politique dirigeante en Afrique francophone. Par BAHDON Abdillahi Mohamed

Introduction À la fin des années 1990, l'Afrique noire était entrée dans une période de changement constitutionnel. Une certaine euphorie avait gagné certains africanistes comme Akindès Francis, Amadou A. et Quantin Patrick ont rapidement évoqué le changement...

La sociologie de la « mort » d’une institution politique au Sénégal : déconstruire et reconstruire le sénat. Par Serigne Ahmadou GAYE,

Résumé Cette réflexion vise, par une approche diachronique à analyser et déconstruire les causes de la « mort » du sénat au Sénégal. Après avoir été créée à la suite d’un processus de légitimation et d’objectivation, l’institution sénatoriale a subi d’innombrables...

Panorama de jurisprudence du droit de l’urbanisme et de la construction au Sénégal. Par Dr Papa Makha DIAO

Introduction   On constate que le juge sénégalais de l’excès de pouvoir est de plus en plus saisi sur les questions d’urbanisme liées notamment à l’occupation du sol et de l’espace[1]et sur celles ayant trait aux règles de construction malgré l’abondance de...

Pouvoir personnel et mal gouvernance : la problématique du troisième mandat présidentiel en Afrique. Par BAHDON Abdillahi Mohamed

Résumé La limitation des mandats présidentiels dans les régimes nouveaux politiques post transition de 1990 en Afrique francophone a été considérée une avancée dans le constitutionnalisme africain, qui sortait trois décennies de monotisme politique et du blocage de...

Le régime juridique de la motivation des actes administratifs au Sénégal. Par Pr Abdoulaye DIEYE

Publié par : EDJA, n° 81, Avril-Mai-Juin 2009, p.23  Introduction Dans une société démocratique, les personnes physiques ou morales ont le droit d'être informées sans délai des motifs des actes administratifs qui les concernent surtout s’ils sont défavorables.[1] La...

Le juge face à la matière administrative au Sénégal. Par Pr Abdoulaye DIEYE

In Annales africaines Revue de la Faculté des Sciences juridiques et politiques de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Décembre 2018, N°9, pp 339-364 RESUME Le système sénégalais d’unité de juridiction à la base présente l’avantage certain lié au fait que le...

L’excès de pouvoir et le juge au Sénégal et en France. Par Pr Abdoulaye DIEYE

In Revue africaine de Science politique et sociale n°40 JANVIER 2023, PP 370 - 396 RESUME A travers l’invocation d’un excès de pouvoir, on conteste un comportement intolérable juridiquement parlant dans un Etat de droit. Cela est généralement le cas de...

La question de la transparence et de la sincérité des élections dans les systèmes électoraux de l’Afrique francophone. A propos des expériences guinéenne et malienne. Par Abdourahamane DIALLO

« Si le processus électoral est libre, équitable, exact, transparent et dûment contrôlé, et si les lois et règlements sont appliqués comme il se doit, il devient plus difficile pour les participants et les électeurs de refuser les résultats d’un scrutin ou la...