Panorama de jurisprudence du droit de l’urbanisme et de la construction au Sénégal. Par Dr Papa Makha DIAO

Introduction

 

On constate que le juge sénégalais de l’excès de pouvoir est de plus en plus saisi sur les questions d’urbanisme liées notamment à l’occupation du sol et de l’espace[1]et sur celles ayant trait aux règles de construction malgré l’abondance de décisions foncières et domaniales[2].

La Chambre administrative de la Cour suprême est ainsi conduite à connaître, d’une part, de la légalité des actes individuels et généraux d’urbanisme et de construction, à l’occasion des recours pour excès de pouvoir dirigés contre ces actes ou des procédures d’urgence tendant à la suspension de leur exécution et, d’autre part, en matière de pourvoi en cassation contre les actions en responsabilité des personnes publiques  du fait des dommages causés par les décisions qu’elles ont prises en matière d’urbanisme et de construction.

La jurisprudence relative à l’interprétation de ces règles a donné non seulement l’occasion au juge de statuer sur des questions classiques de légalité des actes administratifs traditionnels d’urbanisme mais aussi celles qu’il n’avait pas l’habitude de connaitre tels que les documents de planification urbaine ainsi que la question du risque d’inondation et des règles de copropriété. Il est ainsi contraint de résoudre de nombreux enjeux particulièrement éclectiques.

Sans avoir vocation à une complète exhaustivité, les développements qui suivent visent à présenter l’état de la jurisprudence en la matière dans une temporalité́ bien définie[3].

Outre l’examen incontournable des répartitions de compétence entre autorités centrales, décentralisées et services techniques (I), ce panorama analysera densément le contrôle des règles de retrait des autorisations administratives d’urbanisme (II) et le rappel des exigences des Codes de l’Urbanisme et de la Construction avant toute démolition de bâtiments menaçant ruine et du respect du règlement de copropriété(III) ainsi que l’exigence de motifs  précis portant  refus d’une autorisation de construire  (IV).

Sont, par ailleurs, analysés l’amorce du contrôle des documents de planification urbaine et du risque d’inondation (V),le contrat de gestion d’un jardin public, qualifié de contrat administratif (VI)et la tendance à l’exigence de la réunion des conditions posées par le législateur en matière de procédures d’urgence (VII).

Cliquez ici pour télécharger l’intégralité de la contribution sur : « Panorama de jurisprudence du droit de l’urbanisme et de la construction au Sénégal »

Par Dr Papa Makha DIAO

Chargé de cours en droit de l’urbanisme à l’UCAD et à l’UAHB

papmakha@yahoo.fr

[1] Le contentieux de l’urbanisme et de la construction au Sénégal n’a pas encore fait l’objet de systématisations. Sur les rares études, Voir  P.M. DIAO, « Le contrôle juridictionnel des autorisations administratives d’urbanisme, de construction et relatives au foncier au Sénégal », Afrilex, Université Bordeaux IV, février 2019, disponible sur ce lien Le_controle_juridictionnel_des_autorisations_administratives_d_urbanisme_DIAO_ papa.pdf(u-bordeaux.fr), consulté le 28.10.2023 ; F. DIOUF, «  Le contentieux de  l’urbanisme et de la construction au Sénégal », Annales Africaines, nouvelle série, volume 2, décembre 2019, numéro 11, pp.1-42. Dans une étude ancienne, le Professeur Mody GADIAGA avait fait une étude sur l’autorisation de construire (GADIAGA M., « l’autorisation de construire en droit sénégalais », RIPAS n°10, avril-juin 1984, pp. 518-585.).

[2] Nous avons également effectué un dépouillement sur les décisions foncières et domaniales sur la séquence temporelle (2018-2023), le contentieux foncier et domanial se classe parmi les premiers domaines enregistrés par la chambre administrative (presque 15 % des affaires). D’ailleurs, une chronique de jurisprudence foncière, domaniale, environnementale et minière sera notre prochaine contribution.

[3] Pour cette brève étude, la séquence temporelle se situe entre 2018 et 2023.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le droit du travail temporaire à l’épreuve des pratiques. Par Babacar SY

Si le Sénégal présente un taux de croissance économique soutenu ces dernières années, du fait des réformes et des investissements dans les infrastructures, cette croissance ne s’est pas traduite par une réduction significative du chômage, qui reste particulièrement...

La procédure de l’exception d’inconstitutionnalité au Sénégal : la pratique du conseil constitutionnel. Par Cheikh Mbacké NDIAYE

Résumé : La présente contribution a pour objectif de mettre en relief la pratique de la procédure de l’exception d’inconstitutionnalité, notamment l’intersubjectivité du Conseil constitutionnel avec les juridictions de renvoi. Il s’agit d’éprouver les difficultés...

Les collectivités territoriales et l’ordre international. Par SADIKOU KOUFEDJI

RESUME L’étude des collectivités territoriales et l’ordre international a pour finalité, ici, de chercher le lien existant entre ces deux concepts juridiques pour pourvoir faire bénéficier nos travaux de recherches à la communauté scientifique. Donc, en poursuivant...

« Le pouvoir du juge constitutionnel africain en période de transition politique : le cas du Gabon ». Par Willyhanove AUBAME

Résumé : L’absence de démocratie et de bonne gouvernance politique conduit l’Afrique à faire face aujourd’hui à plusieurs bouleversements politiques qui conduisent l’armée à multiplier une prise illégale de pouvoir. Ce phénomène entraîne plusieurs changements dans...

La nécessité d’une modernisation du droit minier sénégalais. Par Alioune GUEYE

Il faut d’emblée féliciter l’ancien Ministre des Mines et de la Géologie, Dr. Oumar SARR. Son expertise, son sens de l’écoute, son empathie envers ses agents, et surtout ses grandes qualités humaines ont fait avancer beaucoup de dossiers au sein de ce Ministère...

L’ordre public constitue-t-il une matière en souffrance au Sénégal ? Par Tidiane BA

Introduction De prime abord, la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen s’avère être la référence des développements que nous serons amené à faire. Au sein de ce texte révolutionnaire, il est loisible de constater en substance qu’une association...

L’enfant naturel dans les successions de droit musulman. Par Cheikh SEYE

INTRODUCTION   Les successions de droit musulman sont celles « des personnes qui, de leur vivant, ont expressément ou par leur comportement, indiscutablement manifesté leur volonté de voir leur héritage dévolu selon les règles du droit musulman ».L’enfant naturel...

De l’image du pouvoir judiciaire à la condition du Magistrat Sénégalais. Par Cheikh SEYE

Dans la philosophie de la subjectivité, Montesquieu explique que « Dans l’état de nature, les hommes naissent bien dans l’égalité mais ils n’y sauraient rester car la société la leur fait perdre et ils ne redeviennent égaux que par les lois ». L’association injectant...

L’office du juge dans l’évolution de la jurisprudence administrative au Sénégal. Par Modou SECK

Introduction « C’est le juge…qui interprète, comble les lacunes, donne un contenu aux procédures et aux règles, c’est à son niveau que le droit se forme dans les profondeurs et notamment le droit administratif. »[1] Cette assertion du Doyen BOCKEL met en évidence le...

Les actes administratifs injusticiables. Par Abdoul kader ABOU KOINI & Souleye BA

Introduction Le contrôle juridictionnel de l’administration dans les Etats africains francophones s’intègre dans un vaste champ de protection des administrés à l’égard de l’administration amorcé avec l’avènement de la démocratie et de l’Etat de droit à partir des...