Quand un dialogue peut être une diversion. Jeu et manipulation de l’élite politique dirigeante en Afrique francophone. Par BAHDON Abdillahi Mohamed

Introduction

À la fin des années 1990, l’Afrique noire était entrée dans une période de changement constitutionnel. Une certaine euphorie avait gagné certains africanistes comme Akindès Francis, Amadou A. et Quantin Patrick ont rapidement évoqué le changement démocratique. Trente ans plus tard, en dehors du Béninet des îles du Cap Vert et du Ghana, les résultats ne sont pas positifs dans la sphère politique et dans le fonctionnement institutionnel pour beaucoup de pays d’Afrique francophone. On assiste à la mise en place de régimes hybrides dans de nombreux pays qui font penser à la continuité de régimes autoritaires.

Dès les troisièmes élections présidentielles pluralistes, la personnalisation du pouvoir présidentiel est reprise par la suppression de la disposition constitutionnelle qui limite le mandat présidentiel à deux dans beaucoup de pays à l’exception du Bénin et du Mali. Contrairement à ce qu’affirme Jacques Boguenard, le changement constitutionnel et politique dans les pays africains intervient à un moment où il y a un épuisement de la démocratie représentative.

De telles révisions constitutionnelles, à visée personnelle, permettant à un président de se présenter aux élections présidentielles plus de deux mandats alors que la Constitution a limité à deux mandats. Elles ont eu lieu au Cameroun, au Tchad, en Côte d’Ivoire, en Guinée Conakry, en République de Djibouti…, à la suite de l’éclatement des crises institutionnelles, politiques et sociales. L’opposition politique, la diaspora et la société civile manifestent contre ces révisions qui, au lieu d’apaiser les tensions dans des sociétés aussi complexes, soumises à la pression d’entreprises occidentales et asiatiques telles que le FMI, la Banque mondiale et l’Organisation mondiale du commerce, ont exacerbé les affrontements entre un pouvoir personnel et une société opposée à la manipulation du texte fondamental de l’organisation de l’Etat et des règles de son fonctionnement institutionnel et politique. Il ne s’agissait pas de réformes visant à renforcer les processus de changement, par exemple en donnant plus de participation aux citoyens, en respectant les processus électoraux. Les gouvernements ont opté pour la répression. La répression est redevenue une manière de gouverner le pays et la société. A la tête de ces gouvernements, il y a des présidents au pouvoir depuis plus de 15, 20 ou 30 ou 40ans comme le Président du Cameroun, Paul Biya, en remplaçant le Président Ahmadou Ahidjo, qui a démissionné en 1982.

Mais, pourraient-ils continuer à régner sur la base l’institutionnalisation de corruption et de la violence contre les populations? La violence use aussi l’élite politique dirigeante.

Face au dilemme, ouvrir le régime ou poursuivre dans la violence contre le peuple, l’élite dirigeante a opté pour le dialogue. Et du coup comme un effet de mode, dans plusieurs pays d’expression francophone, il y a l’organisation de dialogues. Cependant, un tel dialogue n’a pas lieu dans tous les pays africains. Il semble que ce soit une exclusivité de la partie francophone.

Qu’est-ce un dialogue ? Selon Berghof Foundation, le dialogue national serait « un processus politique géré au niveau national. Il vise à générer un consensus au sein d’une large gamme d’acteurs nationaux en cas de grave crise politique, après un conflit ou lors d’une transition politique importante».

Est-ce une action de communication, déguisée, destinée aux partenaires externes et occidentaux en particulier qu’une action interne? Est-elle action téléguidée de l’extérieur ?

Cliquez ici pour télécharger l’intégralité de la contribution : « Quand un dialogue peut être une diversion… » BAHDON Abdillahi Mohamed

Par BAHDON Abdillahi Mohamed

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Insurrection juridictionnelle au Sénégal. Par le Pr Abdoulaye SOMA

Edition : Afrilex Février 2024 INTRODUCTION Le printemps sénégalais. C’est ainsi qu’on pourrait parler du changement du climat politique et jurisprudentiel résultant de l’effet de la décision rendue le 15 février 2024 par le Conseil constitutionnel du Sénégal1. Tout...

La décision n°1/C/2024 du 15 février 2024 : manifestation d’une posture conséquentialiste du juge constitutionnel sénégalais ? Par ADOUA-MBONGO Aubrey Sidney

 Il y a pratiquement trente ans le Président du conseil constitutionnel français, Robert Badinter, affirmait, à propos de l’évaluation des conséquences par le juge constitutionnel, que : « la prise de décision est une opération très complexe dans le contrôle de...

La sociologie de la « mort » d’une institution politique au Sénégal : déconstruire et reconstruire le sénat. Par Serigne Ahmadou GAYE,

Résumé Cette réflexion vise, par une approche diachronique à analyser et déconstruire les causes de la « mort » du sénat au Sénégal. Après avoir été créée à la suite d’un processus de légitimation et d’objectivation, l’institution sénatoriale a subi d’innombrables...

Panorama de jurisprudence du droit de l’urbanisme et de la construction au Sénégal. Par Dr Papa Makha DIAO

Introduction   On constate que le juge sénégalais de l’excès de pouvoir est de plus en plus saisi sur les questions d’urbanisme liées notamment à l’occupation du sol et de l’espace[1]et sur celles ayant trait aux règles de construction malgré l’abondance de...

Pouvoir personnel et mal gouvernance : la problématique du troisième mandat présidentiel en Afrique. Par BAHDON Abdillahi Mohamed

Résumé La limitation des mandats présidentiels dans les régimes nouveaux politiques post transition de 1990 en Afrique francophone a été considérée une avancée dans le constitutionnalisme africain, qui sortait trois décennies de monotisme politique et du blocage de...

Le régime juridique de la motivation des actes administratifs au Sénégal. Par Pr Abdoulaye DIEYE

Publié par : EDJA, n° 81, Avril-Mai-Juin 2009, p.23  Introduction Dans une société démocratique, les personnes physiques ou morales ont le droit d'être informées sans délai des motifs des actes administratifs qui les concernent surtout s’ils sont défavorables.[1] La...

Le juge face à la matière administrative au Sénégal. Par Pr Abdoulaye DIEYE

In Annales africaines Revue de la Faculté des Sciences juridiques et politiques de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Décembre 2018, N°9, pp 339-364 RESUME Le système sénégalais d’unité de juridiction à la base présente l’avantage certain lié au fait que le...

L’excès de pouvoir et le juge au Sénégal et en France. Par Pr Abdoulaye DIEYE

In Revue africaine de Science politique et sociale n°40 JANVIER 2023, PP 370 - 396 RESUME A travers l’invocation d’un excès de pouvoir, on conteste un comportement intolérable juridiquement parlant dans un Etat de droit. Cela est généralement le cas de...

La question de la transparence et de la sincérité des élections dans les systèmes électoraux de l’Afrique francophone. A propos des expériences guinéenne et malienne. Par Abdourahamane DIALLO

« Si le processus électoral est libre, équitable, exact, transparent et dûment contrôlé, et si les lois et règlements sont appliqués comme il se doit, il devient plus difficile pour les participants et les électeurs de refuser les résultats d’un scrutin ou la...

L’application de la loi nouvelle dans le temps : la jurisprudence du conseil constitutionnel du Sénégal. Par Cheikh Mbacké NDIAYE

Résumé : L’objectif de cette contribution est d’éprouver, de mettre en perspective la jurisprudence du Conseil constitutionnel relative à l’application de la loi nouvelle dans le temps pour mettre en exergue comment le déterminant temps est pris en compte par la...