Quand un dialogue peut être une diversion. Jeu et manipulation de l’élite politique dirigeante en Afrique francophone. Par BAHDON Abdillahi Mohamed

Introduction

À la fin des années 1990, l’Afrique noire était entrée dans une période de changement constitutionnel. Une certaine euphorie avait gagné certains africanistes comme Akindès Francis, Amadou A. et Quantin Patrick ont rapidement évoqué le changement démocratique. Trente ans plus tard, en dehors du Béninet des îles du Cap Vert et du Ghana, les résultats ne sont pas positifs dans la sphère politique et dans le fonctionnement institutionnel pour beaucoup de pays d’Afrique francophone. On assiste à la mise en place de régimes hybrides dans de nombreux pays qui font penser à la continuité de régimes autoritaires.

Dès les troisièmes élections présidentielles pluralistes, la personnalisation du pouvoir présidentiel est reprise par la suppression de la disposition constitutionnelle qui limite le mandat présidentiel à deux dans beaucoup de pays à l’exception du Bénin et du Mali. Contrairement à ce qu’affirme Jacques Boguenard, le changement constitutionnel et politique dans les pays africains intervient à un moment où il y a un épuisement de la démocratie représentative.

De telles révisions constitutionnelles, à visée personnelle, permettant à un président de se présenter aux élections présidentielles plus de deux mandats alors que la Constitution a limité à deux mandats. Elles ont eu lieu au Cameroun, au Tchad, en Côte d’Ivoire, en Guinée Conakry, en République de Djibouti…, à la suite de l’éclatement des crises institutionnelles, politiques et sociales. L’opposition politique, la diaspora et la société civile manifestent contre ces révisions qui, au lieu d’apaiser les tensions dans des sociétés aussi complexes, soumises à la pression d’entreprises occidentales et asiatiques telles que le FMI, la Banque mondiale et l’Organisation mondiale du commerce, ont exacerbé les affrontements entre un pouvoir personnel et une société opposée à la manipulation du texte fondamental de l’organisation de l’Etat et des règles de son fonctionnement institutionnel et politique. Il ne s’agissait pas de réformes visant à renforcer les processus de changement, par exemple en donnant plus de participation aux citoyens, en respectant les processus électoraux. Les gouvernements ont opté pour la répression. La répression est redevenue une manière de gouverner le pays et la société. A la tête de ces gouvernements, il y a des présidents au pouvoir depuis plus de 15, 20 ou 30 ou 40ans comme le Président du Cameroun, Paul Biya, en remplaçant le Président Ahmadou Ahidjo, qui a démissionné en 1982.

Mais, pourraient-ils continuer à régner sur la base l’institutionnalisation de corruption et de la violence contre les populations? La violence use aussi l’élite politique dirigeante.

Face au dilemme, ouvrir le régime ou poursuivre dans la violence contre le peuple, l’élite dirigeante a opté pour le dialogue. Et du coup comme un effet de mode, dans plusieurs pays d’expression francophone, il y a l’organisation de dialogues. Cependant, un tel dialogue n’a pas lieu dans tous les pays africains. Il semble que ce soit une exclusivité de la partie francophone.

Qu’est-ce un dialogue ? Selon Berghof Foundation, le dialogue national serait « un processus politique géré au niveau national. Il vise à générer un consensus au sein d’une large gamme d’acteurs nationaux en cas de grave crise politique, après un conflit ou lors d’une transition politique importante».

Est-ce une action de communication, déguisée, destinée aux partenaires externes et occidentaux en particulier qu’une action interne? Est-elle action téléguidée de l’extérieur ?

Cliquez ici pour télécharger l’intégralité de la contribution : « Quand un dialogue peut être une diversion… » BAHDON Abdillahi Mohamed

Par BAHDON Abdillahi Mohamed

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

« Le pouvoir du juge constitutionnel africain en période de transition politique : le cas du Gabon ». Par Willyhanove AUBAME

Résumé : L’absence de démocratie et de bonne gouvernance politique conduit l’Afrique à faire face aujourd’hui à plusieurs bouleversements politiques qui conduisent l’armée à multiplier une prise illégale de pouvoir. Ce phénomène entraîne plusieurs changements dans...

La nécessité d’une modernisation du droit minier sénégalais. Par Alioune GUEYE

Il faut d’emblée féliciter l’ancien Ministre des Mines et de la Géologie, Dr. Oumar SARR. Son expertise, son sens de l’écoute, son empathie envers ses agents, et surtout ses grandes qualités humaines ont fait avancer beaucoup de dossiers au sein de ce Ministère...

L’ordre public constitue-t-il une matière en souffrance au Sénégal ? Par Tidiane BA

Introduction De prime abord, la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen s’avère être la référence des développements que nous serons amené à faire. Au sein de ce texte révolutionnaire, il est loisible de constater en substance qu’une association...

L’enfant naturel dans les successions de droit musulman. Par Cheikh SEYE

INTRODUCTION   Les successions de droit musulman sont celles « des personnes qui, de leur vivant, ont expressément ou par leur comportement, indiscutablement manifesté leur volonté de voir leur héritage dévolu selon les règles du droit musulman ».L’enfant naturel...

De l’image du pouvoir judiciaire à la condition du Magistrat Sénégalais. Par Cheikh SEYE

Dans la philosophie de la subjectivité, Montesquieu explique que « Dans l’état de nature, les hommes naissent bien dans l’égalité mais ils n’y sauraient rester car la société la leur fait perdre et ils ne redeviennent égaux que par les lois ». L’association injectant...

L’office du juge dans l’évolution de la jurisprudence administrative au Sénégal. Par Modou SECK

Introduction « C’est le juge…qui interprète, comble les lacunes, donne un contenu aux procédures et aux règles, c’est à son niveau que le droit se forme dans les profondeurs et notamment le droit administratif. »[1] Cette assertion du Doyen BOCKEL met en évidence le...

Les actes administratifs injusticiables. Par Abdoul kader ABOU KOINI & Souleye BA

Introduction Le contrôle juridictionnel de l’administration dans les Etats africains francophones s’intègre dans un vaste champ de protection des administrés à l’égard de l’administration amorcé avec l’avènement de la démocratie et de l’Etat de droit à partir des...

Les innovations instituées par la Constitution Tchadienne du 29 décembre 2023 : étude à charge et à décharge. Par WARDOUGOU KELLEY SAKINE

« La Constitution est le pacte fondateur de l’État (…). Cette nouvelle légitimité censée traduire les nouvelles aspirations du peuple souverain apparaît le plus souvent avec une révolution et parfois un coup d’État qui constitue une rupture, voire une destruction de...

La constitutionnalisation des droits et libertés fondamentaux en Afrique Sub-Saharienne est-elle une garantie suffisante et efficace ? Les cas du bénin et de la république de DJIBOUTI.

Résumé La justice constitutionnelle, dont la fonction est de veiller à ce que les lois respectent la constitution et les droits fondamentaux, apparaît comme l'un des principaux éléments du processus d'encadrement juridique des systèmes politiques et de renforcement de...

Le service universel de télécommunications un droit social au concours des politiques publiques de décentralisation, administrative, économique et de lutte contre les inégalités. Par Samba DIOUF

Les bouleversements technologiques qui ont marqué le monde à la fin des années 1990 se sont traduits durant cette dernière décennie par l’expression de nouveaux besoins apparus irréversibles au cadre de vie des groupes humains. En Afrique et dans les différents pays...