De l’image du pouvoir judiciaire à la condition du Magistrat Sénégalais. Par Cheikh SEYE

Dans la philosophie de la subjectivité, Montesquieu explique que « Dans l’état de nature, les hommes naissent bien dans l’égalité mais ils n’y sauraient rester car la société la leur fait perdre et ils ne redeviennent égaux que par les lois ».
L’association injectant de l’inégalité, la finalité de la politique doit être de rétablir et de garantir l’égalité des citoyens par l’amour des lois édictées et de l’intérêt public qu’il appelle vertu ; élément indispensable en démocratie.
En effet si l’aristocratie se maintient par la raison de quelques-uns, la tyrannie par la terreur du souverain, la démocratie elle, en tant que gouvernement du peuple par le peuple, a besoin de vertu et d’un garant juridique c’est-à-dire une séparation des pouvoirs exécutif, judiciaire et législatif.
Oui, séparation des pouvoirs afin de maintenir l’équilibre dans la société par une relation triangulaire, car si le législateur est l’exécuteur, rien ne l’empêche de se corrompre en mettant en œuvre des lois qui lui sont favorables et si l’exécutif est le juge, aucun contrôle de l’action publique n’est possible.

De la théorie à la pratique, la séparation des pouvoirs dans l’Etat est magnifiée et son effectivité requise par plusieurs textes de portée internationale et nationale qui érigent aussi le pouvoir judiciaire au rang de gardien des droits et libertés. Le juge étant le dernier rempart contre les possibles dérives des gouvernants.
Pour jouer ce rôle et garantir la paix sociale, le pouvoir judiciaire dans une démocratie doit donner l’impression de fonctionner en tant que tel à défaut de donner aux lois leur portée effective en toute circonstance.
La justice étant animée au premier plan par des Magistrats, l’idée que se fait le citoyen de ces derniers est la même qu’il a de sa justice mais encore le traitement réservé à la justice et les difficultés qu’elle rencontre, impactent inévitablement l’état des Magistrats.
Les rapports dialectiques qu’entretiennent magistrat et justice dans le contexte actuel au Sénégal, expliquent l’intérêt porté au thème « DE L’IMAGE DU POUVOIR JUDICIAIRE A LA CONDITION DU MAGISTRAT SENEGALAIS».
Mais comment le citoyen exigeant parce que de plus en plus conscient de ses droits, voit la justice dans son analyse intuitive ?
Comment les acteurs de la justice au premier rang, doivent dans leur condition, réagir face aux exigences d’une société en pleine mutation ?
En plus des éléments de réponses qui seront apportés, des aspects pédagogiques importants et surtout techniques, seront révélés à l’occasion de cette analyse dans le sens d’arriver à plus de compréhension.
Ainsi partant du constat (I), les causes réelles (II) de la situation actuellement décrite seront abordées avant l’analyse des perspectives d’avenir (III).

Cliquez ici pour télécharger l’intégralité de la contribution « DE L’IMAGE DU POUVOIR JUDICIAIRE A LA CONDITION DU MAGISTRAT SENEGALAIS »

Par Cheikh SEYE
Juge au Tribunal
du Travail Hors Classe de Dakar.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’ordre public constitue-t-il une matière en souffrance au Sénégal ? Par Tidiane BA

Introduction De prime abord, la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen s’avère être la référence des développements que nous serons amené à faire. Au sein de ce texte révolutionnaire, il est loisible de constater en substance qu’une association...

L’enfant naturel dans les successions de droit musulman. Par Cheikh SEYE

INTRODUCTION   Les successions de droit musulman sont celles « des personnes qui, de leur vivant, ont expressément ou par leur comportement, indiscutablement manifesté leur volonté de voir leur héritage dévolu selon les règles du droit musulman ».L’enfant naturel...

L’office du juge dans l’évolution de la jurisprudence administrative au Sénégal. Par Modou SECK

Introduction « C’est le juge…qui interprète, comble les lacunes, donne un contenu aux procédures et aux règles, c’est à son niveau que le droit se forme dans les profondeurs et notamment le droit administratif. »[1] Cette assertion du Doyen BOCKEL met en évidence le...

Les actes administratifs injusticiables. Par Abdoul kader ABOU KOINI & Souleye BA

Introduction Le contrôle juridictionnel de l’administration dans les Etats africains francophones s’intègre dans un vaste champ de protection des administrés à l’égard de l’administration amorcé avec l’avènement de la démocratie et de l’Etat de droit à partir des...

Les innovations instituées par la Constitution Tchadienne du 29 décembre 2023 : étude à charge et à décharge. Par WARDOUGOU KELLEY SAKINE

« La Constitution est le pacte fondateur de l’État (…). Cette nouvelle légitimité censée traduire les nouvelles aspirations du peuple souverain apparaît le plus souvent avec une révolution et parfois un coup d’État qui constitue une rupture, voire une destruction de...

La constitutionnalisation des droits et libertés fondamentaux en Afrique Sub-Saharienne est-elle une garantie suffisante et efficace ? Les cas du bénin et de la république de DJIBOUTI.

Résumé La justice constitutionnelle, dont la fonction est de veiller à ce que les lois respectent la constitution et les droits fondamentaux, apparaît comme l'un des principaux éléments du processus d'encadrement juridique des systèmes politiques et de renforcement de...

Le service universel de télécommunications un droit social au concours des politiques publiques de décentralisation, administrative, économique et de lutte contre les inégalités. Par Samba DIOUF

Les bouleversements technologiques qui ont marqué le monde à la fin des années 1990 se sont traduits durant cette dernière décennie par l’expression de nouveaux besoins apparus irréversibles au cadre de vie des groupes humains. En Afrique et dans les différents pays...

Contribution au débat sur la manipulation du processus de l’élection présidentielle. Par Mactar KAMARA,

Le samedi 03 février 2024 restera à jamais gravé dans la mémoire collective des Sénégalais comme une date fatidique d’atteinte portée à l’intégrité du processus électoral devant conduire à l’élection présidentielle prévue de longue date le 25 février de la même année....

Insurrection juridictionnelle au Sénégal. Par le Pr Abdoulaye SOMA

Edition : Afrilex Février 2024 INTRODUCTION Le printemps sénégalais. C’est ainsi qu’on pourrait parler du changement du climat politique et jurisprudentiel résultant de l’effet de la décision rendue le 15 février 2024 par le Conseil constitutionnel du Sénégal1. Tout...

La décision n°1/C/2024 du 15 février 2024 : manifestation d’une posture conséquentialiste du juge constitutionnel sénégalais ? Par ADOUA-MBONGO Aubrey Sidney

 Il y a pratiquement trente ans le Président du conseil constitutionnel français, Robert Badinter, affirmait, à propos de l’évaluation des conséquences par le juge constitutionnel, que : « la prise de décision est une opération très complexe dans le contrôle de...