L’ordre public constitue-t-il une matière en souffrance au Sénégal ? Par Tidiane BA

Introduction

De prime abord, la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen s’avère être la référence des développements que nous serons amené à faire. Au sein de ce texte révolutionnaire, il est loisible de constater en substance qu’une association politique possède le but de la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’Homme. Lesquels droits demeurent la liberté, la propriété, la sureté, et la résistance à l’oppression. Dans l’hypothèse de se focaliser sur la seule liberté au détriment des autres droits précités, elle « consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui ». En plus, J-J. ROUSSEAU a écrit que : « Il n’y a point de liberté sans lois, ni où quelqu’un est au-dessus des lois : dans l’état même de nature, l’homme n’est libre qu’à la faveur de la loi naturelle qui commande à tous ». Cette liberté cadre parfaitement avec la situation de non soumission à une volonté autre, ni à une contrainte extérieure. En plus, elle peut carrément se déployer en libertés civiles et politiques, à l’instar de la liberté d’opinion, la liberté d’expression, la liberté de la presse, la liberté d’association, la liberté de réunion, la liberté de déplacement et la liberté de manifestation. Cette dernière, formant une part essentielle de l’ossature du sujet, est un outil de contestation très attractif à raison du cadre physique qui sous-tend son exercice. Cet exercice-là renvoie à la rue. Cependant, dans tous les cas, la liberté se doit d’être encadrée pour un maintien adéquat de l’ordre public. Ce faisant, nous nous proposons de traiter le sujet suivant : l’ordre public constitue-t-il une matière en souffrance au Sénégal ?

 

Cliquez ici pour télécharger l’intégralité de la contriution : « l’ordre-public-constitue-t-il-une-matiere-en-souffrance-au-Senegal

 

Par Tidiane BA
Doctorant à la Faculté des Sciences juridiques et politiques
de l’université Cheikh Anta DIOP de Dakar

5 Commentaires

  1. serigne fallou ndiaye

    TOUTES MES Félicitations très cher pour la clarté et la pertinences des argument.

    Réponse
  2. Djiby Cissokho

    Toutes mes félicitations le président tribunal , c’est l’actualité au Sénégal aujourd’hui vraiment c’est très très préoccupant et l’analyse pertinente que vous avez fait mes félicitations c’est compréhensible

    Réponse
  3. Dieng

    Elimane

    Réponse
  4. DIATTA

    Toutes mes félicitations cher professeur d avoir contribué à la réflexion juridique.. Cela va certainement nous inspirer j’en suis convaincu.

    Réponse
  5. Sidate Ka

    Félicitations Me Ba Tidiane pour la pertinence et l’importance du sujet qui est d’actualité au Sénégal depuis l’avènement de l’alternance sous le magistère du Président Wade et particulièrement sous l’ère Macky Sall. Merci pour la précision et profondeur de l’analyse.

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’enfant naturel dans les successions de droit musulman. Par Cheikh SEYE

INTRODUCTION   Les successions de droit musulman sont celles « des personnes qui, de leur vivant, ont expressément ou par leur comportement, indiscutablement manifesté leur volonté de voir leur héritage dévolu selon les règles du droit musulman ».L’enfant naturel...

De l’image du pouvoir judiciaire à la condition du Magistrat Sénégalais. Par Cheikh SEYE

Dans la philosophie de la subjectivité, Montesquieu explique que « Dans l’état de nature, les hommes naissent bien dans l’égalité mais ils n’y sauraient rester car la société la leur fait perdre et ils ne redeviennent égaux que par les lois ». L’association injectant...

L’office du juge dans l’évolution de la jurisprudence administrative au Sénégal. Par Modou SECK

Introduction « C’est le juge…qui interprète, comble les lacunes, donne un contenu aux procédures et aux règles, c’est à son niveau que le droit se forme dans les profondeurs et notamment le droit administratif. »[1] Cette assertion du Doyen BOCKEL met en évidence le...

Les actes administratifs injusticiables. Par Abdoul kader ABOU KOINI & Souleye BA

Introduction Le contrôle juridictionnel de l’administration dans les Etats africains francophones s’intègre dans un vaste champ de protection des administrés à l’égard de l’administration amorcé avec l’avènement de la démocratie et de l’Etat de droit à partir des...

Les innovations instituées par la Constitution Tchadienne du 29 décembre 2023 : étude à charge et à décharge. Par WARDOUGOU KELLEY SAKINE

« La Constitution est le pacte fondateur de l’État (…). Cette nouvelle légitimité censée traduire les nouvelles aspirations du peuple souverain apparaît le plus souvent avec une révolution et parfois un coup d’État qui constitue une rupture, voire une destruction de...

La constitutionnalisation des droits et libertés fondamentaux en Afrique Sub-Saharienne est-elle une garantie suffisante et efficace ? Les cas du bénin et de la république de DJIBOUTI.

Résumé La justice constitutionnelle, dont la fonction est de veiller à ce que les lois respectent la constitution et les droits fondamentaux, apparaît comme l'un des principaux éléments du processus d'encadrement juridique des systèmes politiques et de renforcement de...

Le service universel de télécommunications un droit social au concours des politiques publiques de décentralisation, administrative, économique et de lutte contre les inégalités. Par Samba DIOUF

Les bouleversements technologiques qui ont marqué le monde à la fin des années 1990 se sont traduits durant cette dernière décennie par l’expression de nouveaux besoins apparus irréversibles au cadre de vie des groupes humains. En Afrique et dans les différents pays...

Contribution au débat sur la manipulation du processus de l’élection présidentielle. Par Mactar KAMARA,

Le samedi 03 février 2024 restera à jamais gravé dans la mémoire collective des Sénégalais comme une date fatidique d’atteinte portée à l’intégrité du processus électoral devant conduire à l’élection présidentielle prévue de longue date le 25 février de la même année....

Insurrection juridictionnelle au Sénégal. Par le Pr Abdoulaye SOMA

Edition : Afrilex Février 2024 INTRODUCTION Le printemps sénégalais. C’est ainsi qu’on pourrait parler du changement du climat politique et jurisprudentiel résultant de l’effet de la décision rendue le 15 février 2024 par le Conseil constitutionnel du Sénégal1. Tout...

La décision n°1/C/2024 du 15 février 2024 : manifestation d’une posture conséquentialiste du juge constitutionnel sénégalais ? Par ADOUA-MBONGO Aubrey Sidney

 Il y a pratiquement trente ans le Président du conseil constitutionnel français, Robert Badinter, affirmait, à propos de l’évaluation des conséquences par le juge constitutionnel, que : « la prise de décision est une opération très complexe dans le contrôle de...