Sens et Portée de la loi sur la Parité absolue homme femme au Sénégal. Pr Zeinab KANE

Le Sénégal a adopté la loi n°2010 du 28 mai 2010 portant parité absolue entre les hommes et les femmes dans les instances électives et semi électives.
Cette loi a beaucoup fait parler d’elle en 2014 aux élections locales avec sa violation flagrante par ceux qui sont censés l’appliquer et le mettre en œuvre, c’est-à-dire les partis politiques et les autorités étatiques. Ce qui pose la lancinante question de sa pérennisation et de sa « survie », considérant les contestations et les attitudes incompréhensibles des politiques et de certaines organisations qui prétendaient la défendre.
Pourtant la pertinence et l’utilité de la loi sur la parité n’est plus à démontrer. Elle a permis de hisser le Sénégal au 6e rang mondial en matière de représentation des femmes au parlement avec un taux de 42,7 % en ouvrant la porte pour l’entrée massive des femmes à l’hémicycle, aux côtés de leurs frères concitoyens avec ; soit 64 femmes et 86 hommes. Elle a aussi permis d’avoir près de 47 % de femmes aux dernières élections locales de juin 2014. Dès lors, la loi sur la parité se positionne comme un instrument incontournable pour arriver à l’égalité dans la représentation dans le contexte sénégalais. Elle est une manière de « réhabiliter » les femmes dans leurs droits avec la participation des femmes aux instances de prise de décisions.
La loi sur la parité est une loi comme les autres. Seulement, elle a l’avantage d’être l’aboutissement d’une lutte des organisations de promotion des droits des femmes articulée à la volonté politique et à l’existence d’un cadre juridique favorable à l’égalité de genre en droit sénégalais.
C’est une loi simple, courte et compréhensible. Elle n’est composée que de quatre articles. Ces différents articles précisent que l’égalité numérique des Hommes et des Femmes lors des élections de liste dans les institutions totalement et partiellement électives est érigé en règle. Les domaines et conditions d’application sont également cités. La loi fait référence à son décret d’application, précisément le décret n°2011-819 du 16 Juin 2011, et à son intégration dans le code électoral.

Cliquez ici pour télécharger l’intégralité de la contribution.

1 Commentaire

  1. SENGHOR

    C’est intéressant.
    Merci pour ce partage.

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le droit du travail temporaire à l’épreuve des pratiques. Par Babacar SY

Si le Sénégal présente un taux de croissance économique soutenu ces dernières années, du fait des réformes et des investissements dans les infrastructures, cette croissance ne s’est pas traduite par une réduction significative du chômage, qui reste particulièrement...

La procédure de l’exception d’inconstitutionnalité au Sénégal : la pratique du conseil constitutionnel. Par Cheikh Mbacké NDIAYE

Résumé : La présente contribution a pour objectif de mettre en relief la pratique de la procédure de l’exception d’inconstitutionnalité, notamment l’intersubjectivité du Conseil constitutionnel avec les juridictions de renvoi. Il s’agit d’éprouver les difficultés...

Les collectivités territoriales et l’ordre international. Par SADIKOU KOUFEDJI

RESUME L’étude des collectivités territoriales et l’ordre international a pour finalité, ici, de chercher le lien existant entre ces deux concepts juridiques pour pourvoir faire bénéficier nos travaux de recherches à la communauté scientifique. Donc, en poursuivant...

« Le pouvoir du juge constitutionnel africain en période de transition politique : le cas du Gabon ». Par Willyhanove AUBAME

Résumé : L’absence de démocratie et de bonne gouvernance politique conduit l’Afrique à faire face aujourd’hui à plusieurs bouleversements politiques qui conduisent l’armée à multiplier une prise illégale de pouvoir. Ce phénomène entraîne plusieurs changements dans...

La nécessité d’une modernisation du droit minier sénégalais. Par Alioune GUEYE

Il faut d’emblée féliciter l’ancien Ministre des Mines et de la Géologie, Dr. Oumar SARR. Son expertise, son sens de l’écoute, son empathie envers ses agents, et surtout ses grandes qualités humaines ont fait avancer beaucoup de dossiers au sein de ce Ministère...

Loi n° 2024-005 du 06 mai 2024 portant Constitution de la République Togolaise

Loi n° 2024-005 du 06 mai 2024 portant Constitution de la République Togolaise Cliquez ici pour télécharger la Constitution du 6 mai 2024

L’ordre public constitue-t-il une matière en souffrance au Sénégal ? Par Tidiane BA

Introduction De prime abord, la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen s’avère être la référence des développements que nous serons amené à faire. Au sein de ce texte révolutionnaire, il est loisible de constater en substance qu’une association...

L’enfant naturel dans les successions de droit musulman. Par Cheikh SEYE

INTRODUCTION   Les successions de droit musulman sont celles « des personnes qui, de leur vivant, ont expressément ou par leur comportement, indiscutablement manifesté leur volonté de voir leur héritage dévolu selon les règles du droit musulman ».L’enfant naturel...

De l’image du pouvoir judiciaire à la condition du Magistrat Sénégalais. Par Cheikh SEYE

Dans la philosophie de la subjectivité, Montesquieu explique que « Dans l’état de nature, les hommes naissent bien dans l’égalité mais ils n’y sauraient rester car la société la leur fait perdre et ils ne redeviennent égaux que par les lois ». L’association injectant...

L’office du juge dans l’évolution de la jurisprudence administrative au Sénégal. Par Modou SECK

Introduction « C’est le juge…qui interprète, comble les lacunes, donne un contenu aux procédures et aux règles, c’est à son niveau que le droit se forme dans les profondeurs et notamment le droit administratif. »[1] Cette assertion du Doyen BOCKEL met en évidence le...