Comment peut-on sauver le mandat présidentiel ? Une proposition médiane. Par Pr Meïssa DIAKHATE & Dr Cheikh Omar Diallo

En ces heures délicates et incertaines qui traversent le Sénégal, en toute conscience des enjeux cruciaux qui pèsent sur notre Nation, nous avons l’honneur de soumettre une proposition médiane.

En effet, au fil de nos regards sur la bonne respiration de notre démocratie, le besoin vital est soudainement apparu de faire dialoguer solidairement l’analyse poliste et l’interprétation juridique autour de la fébrilité de la proposition de loi constitutionnelle n° 04 portant dérogation aux dispositions de l’article 31 de la Constitution de la République du Sénégal

Alors que l’ombre des appels à poursuivre vaille que vaille la campagne électorale plane sur notre cher Sénégal et que l’Assemblée nationale s’apprête à délibérer, en séance plénière, ce lundi 5 février 2024, sur une proposition de loi visant à reporter le scrutin du 25 février 2024, le Peuple sénégalais se trouve partager entre deux positions apparemment irréconciliables : celle du report et celle du maintien du scrutin présidentiel.

Face à cette atmosphère visiblement grosse d’inquiétudes pour les citoyens, nous venons humblement soumettre à votre haute attention une proposition médiane qui constituerait une voie d’apaisement susceptible d’harmoniser les intérêts divergents tout en contribuant à la stabilité de notre chère Nation.

En vertu du droit d’amendement parlementaire, les parlementaires pourraient valablement bonifier le texte en discussion, en accord avec le Ministre désigné pour représenter le Gouvernement.

Juridiquement, un amendement est une prérogative reconnue au Parlementaire de proposer une modification au texte initialement présenté. A chaque étape de la procédure législative, il est libre d’exercice sous réserve, certes, des limitations posées par la Constitution elle-même. C’est quand il s’agit d’un amendement à l’ensemble du texte en discussion qu’on parle de contre-projet qui serait certainement une remise en cause du texte initial.

Ce droit constitutionnellement reconnu aux membres de l’Assemblée peut valablement prospérer à l’occasion de la séance plénière

I. Une formule à minima

Dans un premier temps, il serait fort possible de compresser et d’organiser la campagne présidentielle sur une période de 15 jours, au lieu des 21 habituels. Cette mesure, déjà mise en œuvre avec succès ailleurs, permettrait de respecter le calendrier électoral conformément à notre référentiel constitutionnel, tout en répondant aux vives préoccupations politiques et partisanes actuelles, de manière diligente.

Dans cette filiation directe, le Conseil constitutionnel, légalement composé de 5 membres ou autrement composé, réévaluera  les candidatures aussi bien de Karim Meïssa Wade qui a fourni une preuve matérielle de sa renonciation à la nationalité française au moment précis où le Conseil Constitutionnel délibérait ainsi que des autres candidats recalés sur la base d’un fichier électoral certifié. Cela interviendra, dans un esprit de justice et de préservation de la paix et de la stabilité, à la demande du Président de la République eu égard à l’activation de l’article 42, alinéa 2 de la Constitution du Sénégal du 22 janvier 2001 aux termes duquel « il est le garant du fonctionnement régulier des institutions, de l’indépendance nationale et de l’intégrité du territoire ».

Par conséquent, la campagne présidentielle pourrait débuter dès le 12 février 2024, préservant ainsi l’échéance du scrutin fixé au dimanche 25 février 2024.

II. Une formule à maxima

Au vu des arguments avancés et en tenant compte du secret des enquêtes en cours, une autre option consistera à faire purger la proposition de loi de la disposition subséquente portant propagation du mandat du Président de la République. C’est évidement cette disposition qui nourrit les appréhensions et mobilise la communauté scientifique.

Ce faisant, la proposition de loi disposerait « Par dérogation à l’alinéa premier de l’article 31 de la Constitution aux termes duquel « Le scrutin pour l’élection du Président de la République a lieu quarante-cinq (45) jours francs au plus et trente jours (30) francs au moins avant la date de l’expiration du mandat du Président de la République en fonction », le scrutin de l’élection présidentielle du 25 février 2024 est reportée ».

Ce réaménagement du calendrier électoral donnera le temps nécessaire pour faire aboutir le Dialogue national ouvert. A l’occasion, certaines questions délicates telles que le mandat présidentiel à partir du 02 avril 2024, le calendrier électoral seront débattues et arbitrées par les forces vives de la Nation. En pleine connaissance de cause, les bonnes volontés sauront que tout principe souffre d’exception. En clair, une règle établie peut être tempérée par une situation dérogatoire.

Fermement convaincus du génie démocratique sénégalais, nous sommes intimement persuadés que ces ajustements juridico-techniques contribueront à une élection équitable et transparente, favorisant la concorde nationale pour un Sénégal réconcilié avec lui-même.

Cette proposition aspire à guider notre pays vers une résolution pacifique et consensuelle de la situation actuelle. Nous demeurons convaincus qu’avec le leadership éclairé du Chef de l’Etat, le Sénégal saura surmonter ses défis et renforcer davantage sa démocratie.

Le 04 février 2024

 

Pr Meïssa DIAKHATE                    Dr Cheikh Omar Diallo

Agrégé en Droit public                      Docteur en Science politique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

8 Commentaires

  1. Bouba Ousmane Diallo

    IL serait suicidaire de vouloir un compromis avec une personne qui n’a pas de parole

    Réponse
  2. DIALLO

    Bonsoir, j’ai une petite remarque. En fait, dans la partie intitulée, Une formule à minima, si la campagne présidentielle démarre le 12 prochain, la durée de la campagne ne serait pas de 15 jours conformément à la solution proposée qui réduirait la durée à 15 jours au lieu de 21 .

    Réponse
  3. Nially Sidiky DAFF

    Très pertinent comme analyses

    Réponse
  4. Amadou WILANE

    Merci pour cette belle proposition

    Réponse
  5. Cissé Balla

    Mes chers collègues,
    Virement on ne peut pas défendre tout en droit constitutionnel. Le conseil constitutionnel a créé un précédent. Arrêtons de défendre le report est un mandat glissant point. Il n’existe pas une crise institutionnelle et ni une justification solide pour une telle décision. C’est une faute doctrinale de céder en disant on peut résoudre une crise créer par un régime ayant des tendances autoritaires.

    Réponse
  6. Sam

    En tant que légaliste je tiens à la sacralité de la constitution qui ne s’accommode pas à une quelconque révision selon l’article 103. Le sous entendu 5 juges constitutionnels au lieu de 7 suppose que les deux juges soupçonnés de corruption devraient être récusés me parait injuste. En droit le principe de la présomption d’innocence. est de rigueur. L’on ne saurait récuser ou condamner une personne sur la base d’accusation péremptoire non étayée ou établie. La révision à nouveau des candidats recalés par le CC à travers un fichier électoral certifié et la révision de la candidature de Karim Wade est impossible. Le CC a déjà statué on peut plus revenir la dessus quelque soit l’impertinence ou non de sa décision. les décisions du CC sont irrévocables et insusceptibles de recours. Pour moi le vin est tiré il faut le boire et respecté ce qui a été décidé. Les 18 candidats ( sans compter Karim Rose Wardini) déclarés doivent battre campagne et préparer le scrutin à date échue c’est à dire le 25 février.

    Réponse
  7. Amadou Thiene

    Pourquoi vouloir sauver karim wade ? Pourquoi déroger à la maxime Dura lex sed lex? N’ont- ils pas écarté le leader de l’opposition sur le fondement d’une condamnation contre un particulier alors que le candidat du pds à tout bonnement parjuré devant une institution ? La souveraineté populaire triomphera

    Réponse
  8. Assane Sane

    Ce qui se passe actuellement au Senegal n’est qu’un vulgaire coup d’Etat orchestrer au plus haut sommet et qu’ils veulent justifier par une crise institutionnelle imaginaire. Il s’agit la d’une simple volonte d’empecher aux dignes senegalais de s’exprimer le 25 fevrier 2024 et de se maintenir au pouvoir vaille que vaille. C’est tout simplement inadmissible. Aucune breche ne doit lui etre ouvert sinon il se saisira de cette situation pour faire mal encore a ce peuple qui a tant souffert de ce regime. Qu’il parte !

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fin de mandat de Macky Sall : il est impossible qu’il soit remplacé par le président de l’Assemblée nationale Amadou Mame Diop. Par Pr Samba Traoré

On entend et on lit tous les jours des discussions, des controverses, des prises de position, des avis et même des injonctions sur le sort du Sénégal à partir du 2 avril. Cela fait peur, les sénégalais ont peur, LA GRANDE PEUR S'INSTALLE SUR LE SENEGAL. Normal que...

Le Sénégal face à la vacance inédite de la fonction présidentielle ? Par Pr Meïssa DIAKHATE & Dr Cheikh Omar DIALLO

« Je tiens à préciser que je quitterai mes fonctions au terme de mon mandat le 2 avril … ». Ce tweet attribué au Président de la République, et soudainement tout s’accélère. A dire vrai, la tonalité du propos sème le doute et la perplexité dans l’esprit des Sénégalais...

L’amnistie au Sénégal dans tous ses états. Par Pr Meissa DIAKHATE

Monsieur le Président, Mes Chers Collègues, le Chef de l'Etat a fait son devoir de Guide d'une Nation qu'il veut réconciliée avec elle-même et unie dans le débat démocratique. - Aux représentants de la Nation que nous sommes de faire le nôtre et d'exprimer par un vote...

« PORTE ÉTROITE » : Le Conseil constitutionnel est compétent pour constater la carence du Président de la République et fixer la nouvelle date de l’élection. Par le Collectif des Universitaires pour la Démocratie (CUD)

« PORTE ÉTROITE » Le Conseil constitutionnel est compétent pour constater la carence du Président de la République et fixer la nouvelle date de l’élection Cliquez ici pour télécharger "Porte étroite CUD" Par : Collectif des Universitaires pour la Démocratie (CUD)...

La portée de la décision du conseil constitutionnel sénégalais n° 1/C/2024 du 15 février 2024 à l’aune du regard de l’administrativiste. Par Mouhamadou MBODJ

L’élection présidentielle n’est pas seulement un rendez-vous entre le peuple et son destin, c’est aussi l’occasion de tester à la fois la crédibilité, l’objectivité et la neutralité des institutions qui harmonisent le jeu électoral. Sans s’attarder sur les discrédits...

Tout le droit n’est pas dans la Constitution ! Libres propos sur la Conférence de presse du Président de la République. Par le Pr Meissa DIAKHATE

Au cours de sa conférence de presse du 22 février 2024, le Président de la République a passé en revue l’actualité brûlante de l’échiquier politique. Cet exercice lui a permis d’être plus instructif sur les implications politiques et juridiques de la Décision du...

Impossibilité juridique de reprendre le processus électoral. Point d’octroi d’un « supplément de mandat »!

Entre les frustrations plus ou moins légitimes de candidats recalés et les manœuvres politiciennes d’un régime aux abois, le Sénégal est plongé dans la tourmente institutionnelle la plus totale à cause d’hommes politiques irresponsables, peu soucieux de la stabilité...

La décision n°1/C/2024 du 15 février 2024 : une jurisprudence à l’aune du juridique. Par Madame Ndèye Seynabou Diop NDIONE

L’exercice d’un contrôle de constitutionnalité des lois par les juridictions  constitutionnelles offre une garantie de limitation des pouvoirs politiques et favorise graduellement l’émergence de la démocratie constitutionnelle au Sénégal. D’ailleurs, l’actualité...

L’injusticiabilité des lois constitutionnelles au Sénégal: le juge constitutionnel relativise. Par Wardougou Kelley Sakine

Supposé conflit entre l’Assemblée nationale et le Conseil constitutionnel sur fond d’accusations de certains parlementaires des faits de corruption à l’encontre de quelques membres du conseil constitutionnel, supposé fraude de certains candidats à l’élection...

Observations rapides sur la Décision n°1/C/2024 du 15 Février 2024 rendue par le Conseil Constitutionnel Sénégalais : vérité en deçà de Pyrénées, erreur au-delà ? Par KOUA Éric Samuel & MOUKÉTÈ ÉKOUMÈ

Le 15 février 2024 est sans conteste une date mémorable voire indélébile dans l'histoire constitutionnelle du Sénégal. En effet, en cette date, le Conseil constitutionnel sénégalais (CCS) a rendu la décision numéro 1/C/2024 portant annulation de la loi...