Fin de mandat de Macky Sall : il est impossible qu’il soit remplacé par le président de l’Assemblée nationale Amadou Mame Diop. Par Pr Samba Traoré

On entend et on lit tous les jours des discussions, des controverses, des prises de position, des avis et même des injonctions sur le sort du Sénégal à partir du 2 avril. Cela fait peur, les sénégalais ont peur, LA GRANDE PEUR S’INSTALLE SUR LE SENEGAL. Normal que l’on soit inquiets, car toute fin de règne et de cycle est une période de doute. Le droit s’écrase ou est écrasé. La loi est tournée en marionnette, les politiques tombent en syncope schizophrénique. Le peuple se lève et attend. Il y a des solutions, mais on ne sait pas où est le problème. Le Sénégal tourne à vide. On ne lit plus la constitution, on ne sait plus ce que c’est que la République, on accuse l’Etat et on le dédouane. On défend mal l’Etat car on confond ses propres intérêts partisans et corporatistes, voire familiaux , claniques et tribaux avec ceux de la République. Il y a plus de républicains déclarés que de publics. On gesticule, on ment, on menace, on vole, on accuse. Bref on ignore le sens du droit, de la loi, de la morale, on ignore le pouvoir de Dieu et des ancêtres, on ignore les lois de la nature et le bon sens de l’humain.
Pourtant, on évoque la constitution et la loi, sans aller jusqu’au bout. Une loi, on l’interprète en fonction d’une réalité du moment, une loi est collée à l’instant, à l’état actuel d’une société., à son univers mental. Nous sommes le 3 mars, à moins d’un mois du 2 avril. Le mandat du Président de la République expire dans moins d’un mois. Autant le Président n’était pas bienvenu à reporter une élection la veille d’une campagne électorale, autant il ne peut pas ou ne doit pas démissionner la veille de l’expiration de son mandat. En outre, autant une démission n’est pas valable et recevable la veille ou le jour de l’expiration du mandat, autant il est impossible qu’il soit remplacé par le Président de l’Assemblée Nationale parce qu’on est hors des cas et situations prévus par la constitution elle même. Si le Président partait le 2 avril sans organiser les élections, il n’y aura pas de vide juridique pour autant puisque le Conseil Constitutionnel aura la latitude et la prérogative de faire nommer un intérimaire, n’importe qui, y compris le Président sortant lui même s’il accepte, pour organiser les élections à une date impartie par le Conseil, car l’administration demeure intangible tant qu’il y a l’Etat. On se complique trop les choses dans ce pays. Nos grands-pères auraient réglé cette question rapidement autour de quelques noix de cola et d’un pot de tabac à chiquer. Arrêtons de nous compliquer la vie et cessons de mettre ce pays en danger. Le Sénégal vaut plus que nous tous.
J’ai seulement donné mon opinion. Peut être bien que les lycaons penseront que j’ai insulté leur conscience c’est leur affaire

Par Samba Traoré

Professeur agrégé en Droit et en Sciences politiques,

membre de la Commission nationale de réforme des institutions (Cnri)

2 Commentaires

  1. Stéphane Bolle

    Cher Collègue,

    Nous souhaitons tous au Sénégal de sortir très vite de cet incroyable imbroglio politico-juridique. Et nous misons sur le Conseil constitutionnel pour dicter au Chef de l’État et à la classe politique la solution de l’après 2 avril. Avec la sagesse dont il a fait preuve dans sa décision historique du 15 février 2024.
    A mon sens, prolonger le Président actuel en tant qu’intérimaire serait la pire des formules pour combler la vacance inédite de la charge présidentielle. Le Président Macky Sall n’a pas la légitimité pour assurer le moindre jour d’intérim après l’annulation du décret de report du scrutin présidentiel et l’invalidation de la loi constitutionnelle prolongeant son mandat.

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La déclaration de politique générale du Premier Ministre est-elle menacée ? Par Meissa DIAKHATE

L’une des vertus de la séparation des pouvoirs est de garantir la liberté par la limitation mécanique des pouvoirs politiques. A cet égard, les régimes démocratiques d’obédience parlementaire préconisent une séparation souple des pouvoirs en instaurant des moyens...

Le décret portant répartition des services de l’État : retour sur la vocation juridique originelle d’un texte phare de l’Administration publique. Par Papa Assane TOURE

 Introduction Au Sénégal, l’adoption, d’un décret portant répartition des services de l’État, à la suite de la constitution d’un nouveau Gouvernement, souvent très attendue par les services de l’État, constitue une vieille véritable tradition républicaine. Ce décret...

Les Inspections générales et des lanceurs d’alerte. Leçons apprises d’expériences comparées. Par Dr Abdou Karim GUEYE

« …. Les efforts d'éducation et de sensibilisation contribueront à garantir que les lanceurs d'alerte soient habilités à faire des divulgations licites, et que ces divulgations continueront de contribuer aux efforts des Bureau des Inspecteurs généraux à réduire le...

Quelles réformes en vue de garantir l’indépendance de la justice au Sénégal ? Par Malick MBENGUE

Il y’a Belle lurette que la légitimité, la crédibilité et même l’autorité de la justice sénégalaise sont dénigrés, tel le geai, orné des plumes du paon des Fables de la Fontaine. Ainsi, faudrait-il les ressusciter pour tendre vers l’indépendance, surtout de la justice...

L’adaptation de l’Administration : une prérogative du Secrétariat général du Gouvernement (SGG) et un besoin urgent de retour à l’orthodoxie administrative. Par Dr Mor SECK

Le Secrétariat général du Gouvernement (SGG) est une structure stratégique extrêmement importante, un organisme interministériel, placé sous l’autorité du Premier ministre. Il est chargé de coordonner le travail du Gouvernement d’un point de vue administratif et n’a...

Quelques observations sur les finances publiques du Sénégal au lendemain de l’élection présidentielle du 24 mars 2024 : le Gouvernement face défis du moment. Par Omar SADIAKHOU

Le nouveau ministre du budget, Monsieur Cheikh DIBA, semble avoir la pleine mesure du chantier à l'horizon pour l'Argentier de l'Etat qu'il est. Nous allons vers des temps difficiles, a-t-il déclaré en marge de la passation de service avec son prédécesseur, Monsieur...

Les citoyens au cœur de la transparence dans la gestion publique. Par Cheikh Mbacké GUEYE

Dans son message à la nation du 03 avril 2024 (en prélude de la fête de l’indépendance du 04 avril 2024), le nouveau Président élu du Sénégal a invité les citoyens à s’impliquer davantage dans la gestion publique et à promouvoir la bonne gouvernance. Il leur a demandé...

La protection des lanceurs d’alerte, entre vertu de transparence et frein aux théories du complot. Prof. Jean-Louis CORREA

Le Président de la République, dans son adresse à la Nation, a indiqué la nature des réformes institutionnelles qu’il souhaitait, dans les temps proches, entreprendre. Parmi ces différentes mesures, une en particulier a, plus que les autres, retenu mon attention....

La création d’une CENI n’est-elle pas un problème à la solution ? Par Pr Meissa DIAKHATE

S’il y a un projet itératif dans les prises de parole successives du Président de la République, c’est bien, selon ses mots, « le remplacement de la CENA [Commission nationale électorale autonome] par une Commission électorale nationale indépendante (CENI) avec un...