Le Sénégal : des valeurs en forte dérision. Par Amath GNING

Il semble que dans notre pays, et nous sommes désolé de le dire, le mérite n’est plus récompensé. Ainsi, nous sommes fondé de dire que les valeurs de courage, de probité et de travail dont la société sénégalaise a toujours été le porte-étendard, en Afrique et dans le reste du monde, ne sont plus considérées comme critères de choix dans la désignation des hommes qui nous gouvernent. La polémique stérile qui enfle, depuis un certain temps, autour de la nomination de Meïssa DIAKHATE, comme Directeur de Cabinet du Ministre Birame Soulèye DIOP, et relayée mal-à propos par une presse sénégalaise suspecte, en est la parfaite illustration.
En effet, depuis qu’il a été nommé à ce poste, Professeur Meïssa DIAKHATE est sous tous les feux de la critique, pour de prétendus passés politiques.

Trouver à redire sur cette nomination, c’est mal connaître qui est Meïssa DIAKHATE. C’est mal connaître cet universitaire au parcours brillant pour qui, éduquer et former les fils de la nation, a toujours été une fonction sacerdotale. Pour tous ceux qui l’auront approché, cet éminent Professeur agrégé des facultés incarne des valeurs d’intégrité, de probité, de désintéressement et d’attachement à l’humain.
Toute sa carrière, on l’affirme et on le répète avec constance, a été consacrée à l’Education et à la formation (de l’élémentaire au supérieur, en passant par l’inspectorat de l’Education), et nous avons alors l’intime conviction que Meïssa DIAKHATE est l’un des plus grands bâtisseurs de la nation, un combattant, au sens vrai du terme, constamment au service du savoir et de la lumière.

Du point de vue politique, les responsabilités que Meïssa DIAKHATE a toujours exercées avec perfection et rigueur dans le domaine de l’éducation, et l’estime que son entourage a toujours placé en lui, ne lui ont jamais permis d’avoir des positions tranchées, encore moins des positions partisanes. Cela ne l’empêchait pas, il est vrai, de participer, en bon citoyen, dans les débats publics contradictoires. Mais, chaque fois que c’était le cas, c’était simplement pour donner son opinion, sous le prisme de la démarche scientifique. Qu’est-ce qu’en dit le droit ?
Ainsi, tous ceux qui, de mauvaise foi, s’agitent aujourd’hui autour de cette nomination doivent être conscients que cet homme mérite des responsabilités beaucoup plus poussées, au sommet de l’Etat.


Par Amath GNING, Juriste.

1 Commentaire

  1. Faye Abdou

    Parole de sage

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le New Management Public. Par Mamadou Lamine GUEYE

L’histoire des programmes de réforme de la gestion publique à la fin du XX eme  siècle tient en trois mots : New Public Management (NPM). Que l’on ait considéré le NPM comme un phénomène universel ou simplement comme une tendance propre aux Etats...

Quelques procédures en matière d’expropriation pour cause d’utilité publique en droit Sénégalais. Par Oumar COULIBALY

Quelques-procedures-en-matiere-dexpropriation-pour-cause-dutilite-publique-en-droit-Senegalais-2Télécharger

Ma part de vérité sur la dissolution de l’Assemblée nationale. Par Meïssa DIAKHATE

A cet égard, il y a lieu de rappeler que les rapports entre les pouvoirs politiques tels que le pouvoir exécutif (le Président de la République et le Gouvernement) et le pouvoir législatif doivent, dans un Etat démocratique, être constamment régulés par le droit, à...

A propos de l’article du journal « Source A », vendredi 21 juin 2024

L’histoire derrière la nomination C’était une grande surprise. Lorsque le nom de celui qui a été choisi par Birame Souleye DIOP comme Directeur de cabinet a été dévoilé, beaucoup ont été ébahis. Ils ne s’attendaient pas en effet que l’heureux élu soit Meïssa DIAKHATÉ,...

Cinquième numéro de la Revue Africaine de Droit des Contrats Publics (RADCP) :

Veuillez cliquer sur le lien ci-dessous pour télécharger le cinquième numéro de la Revue Africaine de Droit des Contrats Publics (RADCP) : RADCP N°5 : janvier - juin 2024

Les innovations majeures du nouveau code de l’environnement sénégalaise. Par Mamadou Sall SECK

Quatre décennies après l’adoption de son premier Code de l’Environnement en 1983, le Sénégal s’est doté d’un troisième Code de l’Environnement avec l’adoption de la loi n°2023-15 du 02 aout 2023, abrogeant et remplaçant la loi n°2001-01 du 15 janvier 2001. Plusieurs...

Regards sur le rapport de la Commission Réformes de la Justice : entre satisfaction, interrogations et suggestions : Morceaux choisis. Par Pr Patrice Samuel Aristide BADJI

1-Le rapport de la Commission Réformes de la Justice vient de tomber. Au regard du contexte et des enjeux de sa production, ledit rapport était très attendu. Dans cette chronique, nous nous proposons de livrer nos sentiments objectifs en faisant le choix de ne traiter...

Les Assises nationales de la Justice, entre logique de continuité et volonté de rupture ? Par Meissa DIAKHATE

Les Assises nationales de la Justice sont d’une pertinence évidente sur le plan tant justificatif que méthodologique. Elles impriment une volonté de traduire en acte et en comportement une promesse électorale de rupture. L’engouement patriotique avec lequel les...