Synthèse magistrale du Dr Cheikh Oumar DiALLO

Le Professeur agrégé de Sciences juridiques et politique Meïssa Diakhaté propose une analyse serrée approfondie de la fabrication des décisions du Conseil constitutionnel, contextualisée dans le cadre des contestations actuelles contre la loi n° 04/2024. Il met en exergue avec brio et pédagogie l’importance d’une compréhension éclairée des dispositions constitutionnelles et de la loi organique régissant le Conseil constitutionnel, soulignant le climat politique tendu caractérisé par une Commission d’Enquête parlementaire et des critiques émanant de professeurs de droit.

L’auteur commence par décrire la composition du Conseil constitutionnel, soulignant l’absence actuelle de professeurs de droit parmi ses membres. Il rappelle volontiers les critères de nomination des membres et le rôle du Président de la République dans cette démarche. L’article scientifique souligne également l’autonomie administrative et financière du Conseil constitutionnel, assurant ainsi son indépendance à l’égard du pouvoir exécutif et législatif.

L’analyse se penche ensuite sur la procédure de saisine par requête, soulignant les critères d’admissibilité et les étapes à suivre, notamment l’exposé des moyens invoqués et la présentation du texte de loi attaqué. Les requêtes en cours contre la loi n° 04/2024 sont abordées, mettant en avant les arguments des députés et les demandes adressées au Conseil constitutionnel.

Tel un urbaniste paysagiste du droit constitutionnel, notre collègue Diakhaté explore également les délais impartis au Conseil constitutionnel pour statuer, différenciant les situations liées au contentieux de l’élection présidentielle et au contrôle de constitutionnalité a priori. Il soulève la question de l’urgence déclarée par le Gouvernement et son impact sur les délais.

Une partie significative de l’analyse se consacre à la procédure non contradictoire du Conseil constitutionnel. L’auteur explique que les requérants ne participent pas à un procès classique et que la procédure vise essentiellement la loi elle-même. Il décrit les différentes étapes de l’instruction de la requête, soulignant le rôle du rapporteur et du Service d’Etudes et de Documentation du Conseil constitutionnel.

L’auteur évoque la possibilité de jonction des affaires lorsque des liens étroits entre elles sont identifiés, illustrant cette pratique fréquente en matière électorale. Il souligne également le devoir du Conseil constitutionnel de soulever d’office toute violation de la Constitution, même si elle n’a pas été invoquée par les requérants.

L’analyse se termine par la décision rendue par le Conseil constitutionnel. L’auteur explique que les décisions sont motivées par des arguments de droit, mettant en avant le caractère incontestable de ces décisions. Il évoque le pouvoir d’injonction du Conseil constitutionnel et conclut en appelant à une décision fondée sur un « sursaut jurisprudentiel » et en accord avec les valeurs démocratiques.

Par Dr Cheikh Omar Diallo

Docteur en Science Politique

Expert en Communication & Leadership

Président Fondateur de l’Ecole d’Art Oratoire et de Leadership EAO-Afrique

2 Commentaires

  1. TREMLET

    Le professeur nous explique de façon concise la procédure mais pas les moyens de forme et de fonds invoqués a l’appui l’inconstitutionnalité de la loi de 2024 sur le report de l’élection

    Réponse
  2. MBS

    Ce que je retiens principalement du texte du Pr est que les 7 juges ne sont pas liés par la jurisprudence du Conseil contrairement à ce que semblent insinuer ou même affirmer avec force le collectif des professeurs agrégés en Droit.

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fin de mandat de Macky Sall : il est impossible qu’il soit remplacé par le président de l’Assemblée nationale Amadou Mame Diop. Par Pr Samba Traoré

On entend et on lit tous les jours des discussions, des controverses, des prises de position, des avis et même des injonctions sur le sort du Sénégal à partir du 2 avril. Cela fait peur, les sénégalais ont peur, LA GRANDE PEUR S'INSTALLE SUR LE SENEGAL. Normal que...

Le Sénégal face à la vacance inédite de la fonction présidentielle ? Par Pr Meïssa DIAKHATE & Dr Cheikh Omar DIALLO

« Je tiens à préciser que je quitterai mes fonctions au terme de mon mandat le 2 avril … ». Ce tweet attribué au Président de la République, et soudainement tout s’accélère. A dire vrai, la tonalité du propos sème le doute et la perplexité dans l’esprit des Sénégalais...

L’amnistie au Sénégal dans tous ses états. Par Pr Meissa DIAKHATE

Monsieur le Président, Mes Chers Collègues, le Chef de l'Etat a fait son devoir de Guide d'une Nation qu'il veut réconciliée avec elle-même et unie dans le débat démocratique. - Aux représentants de la Nation que nous sommes de faire le nôtre et d'exprimer par un vote...

« PORTE ÉTROITE » : Le Conseil constitutionnel est compétent pour constater la carence du Président de la République et fixer la nouvelle date de l’élection. Par le Collectif des Universitaires pour la Démocratie (CUD)

« PORTE ÉTROITE » Le Conseil constitutionnel est compétent pour constater la carence du Président de la République et fixer la nouvelle date de l’élection Cliquez ici pour télécharger "Porte étroite CUD" Par : Collectif des Universitaires pour la Démocratie (CUD)...

La portée de la décision du conseil constitutionnel sénégalais n° 1/C/2024 du 15 février 2024 à l’aune du regard de l’administrativiste. Par Mouhamadou MBODJ

L’élection présidentielle n’est pas seulement un rendez-vous entre le peuple et son destin, c’est aussi l’occasion de tester à la fois la crédibilité, l’objectivité et la neutralité des institutions qui harmonisent le jeu électoral. Sans s’attarder sur les discrédits...

Tout le droit n’est pas dans la Constitution ! Libres propos sur la Conférence de presse du Président de la République. Par le Pr Meissa DIAKHATE

Au cours de sa conférence de presse du 22 février 2024, le Président de la République a passé en revue l’actualité brûlante de l’échiquier politique. Cet exercice lui a permis d’être plus instructif sur les implications politiques et juridiques de la Décision du...

Impossibilité juridique de reprendre le processus électoral. Point d’octroi d’un « supplément de mandat »!

Entre les frustrations plus ou moins légitimes de candidats recalés et les manœuvres politiciennes d’un régime aux abois, le Sénégal est plongé dans la tourmente institutionnelle la plus totale à cause d’hommes politiques irresponsables, peu soucieux de la stabilité...

La décision n°1/C/2024 du 15 février 2024 : une jurisprudence à l’aune du juridique. Par Madame Ndèye Seynabou Diop NDIONE

L’exercice d’un contrôle de constitutionnalité des lois par les juridictions  constitutionnelles offre une garantie de limitation des pouvoirs politiques et favorise graduellement l’émergence de la démocratie constitutionnelle au Sénégal. D’ailleurs, l’actualité...

L’injusticiabilité des lois constitutionnelles au Sénégal: le juge constitutionnel relativise. Par Wardougou Kelley Sakine

Supposé conflit entre l’Assemblée nationale et le Conseil constitutionnel sur fond d’accusations de certains parlementaires des faits de corruption à l’encontre de quelques membres du conseil constitutionnel, supposé fraude de certains candidats à l’élection...

Observations rapides sur la Décision n°1/C/2024 du 15 Février 2024 rendue par le Conseil Constitutionnel Sénégalais : vérité en deçà de Pyrénées, erreur au-delà ? Par KOUA Éric Samuel & MOUKÉTÈ ÉKOUMÈ

Le 15 février 2024 est sans conteste une date mémorable voire indélébile dans l'histoire constitutionnelle du Sénégal. En effet, en cette date, le Conseil constitutionnel sénégalais (CCS) a rendu la décision numéro 1/C/2024 portant annulation de la loi...