Brèves réflexions sur la Décision du Conseil constitutionnel n° 1/C/2024 du 15 février 2024. Par Pr Meissa DIAKHATE

Le droit est beau, si le droit est bien dit. La beauté de la Décision n° 1/C/2024 du 15 février 2024 du Conseil constitutionnel qui vient d’être rendue est certainement inspirée par la logique jurisprudentielle et l’équilibre démocratique.

C’est une Décision qui affranchit le Peuple sénégalais de l’angoisse politique. Elle est « historique et salutaire ».

Comme tout citoyen, la Décision titille notre orgueil démocratique. Toutefois, l’enthousiasme ne doit aucunement absoudre les interrogations juridiques. Au fond, le Conseil a résolu le problème à moitié. La Décision a révélé, à bien des endroits, une certaine incomplétude de la Constitution.

A l’analyse le Conseil constitutionnel semble être ébloui par la brillante expertise de la requête sur les moyens relatifs à la notion de loi et à l’étendue de son pouvoir jurisprudentiel.

C’est autour de deux points que s’articule la série de réflexions qui constituent sans doute le prolongement de notre cours de « Contentieux constitutionnel » dispensé aux étudiants de la Licence 3 en Droit public à la Faculté des Sciences juridiques et politiques de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar qui pourront bien continuer à nous suivre à travers les plateformes digitales du CERACLE.

I/ La requalification de la « loi »

Il était de bon droit de distinguer dans la nomenclature législative la « loi », la « loi organique » et la « loi de révision constitutionnelle ». Ces lois, qui portent sur des matières distinctes, sont adoptées selon des procédures différentes.

Formellement, il ressort de la Constitution du 22 janvier 2001 et de la loi organique n° 2016-23 du 14 juillet 2016 que le Conseil constitutionnel contrôle la constitutionnalité des « lois », sans les qualificatifs « organique » et « constitutionnelle ». Logiquement, cela a été généralement interprété comme « loi ordinaire », par certains. Et l’article 78 de la Constitution alinéa 2 précise expressément que les lois organiques « ne peuvent être promulguées si le Conseil constitutionnel, obligatoirement saisi par le Président de la République, ne les a déclarées conformes à la Constitution ».

Or dans son Considérant 6 relatif à la compétence, le Conseil note, dans sa nouvelle Décision,  que son périmètre de « contrôle de constitutionnalité des lois est circonscrit, en matière de révision constitutionnelle, à la vérification du respect des conditions d’adoption, d’approbation et des limites temporelles et matérielles que la Constitution elle-même fixe à l’exercice des pouvoirs du constituant dérivé ».

Par voie de conséquence, il conforte son répertoire de compétences en évoquant très clairement « le contrôle de constitutionnalité des lois (…) en matière de révision constitutionnelle ».

Ce faisant, le Conseil n’a fait que suivre la grille de lecture des requérants aux termes desquels « il apparaît, en vertu [des articles 92 de la Constitution et 1er de la loi organique] que la Constitution n’opère aucune distinction quant à la nature juridique des lois que le Conseil constitutionnel a pour compétence de contrôler : qu’il revient dès lors au juge constitutionnel d’assurer la plénitude de ses fonctions au regard de l’esprit général de la Constitution et des principes généraux du droit ».

Curieusement en 2000, cette assimilation entre « loi » ordinaire et « loi constitutionnelle » qui a été pris comme motif principal pour dénoncer un « détournement de procédure » devant le Conseil constitutionnel. En dépit de la guérilla constitutionnelle, le Conseil a fini par reconnaître que « la législation sénégalaise ne contient aucune disposition constitutionnelle ou légale conférant au Conseil constitutionnel compétence pour statuer sur les recours dirigées contre les décisions prise en matière de référendum par le Président de la République ». Sous l’effet d’une météo politique subitement plus favorable, le Conseil opère un revirement à la faveur de l’extension de son pouvoir juridictionnel.

II/ Une extension du pouvoir jurisprudentiel

A travers sa Décision, le Conseil constitutionnel a conquis de nouveaux pouvoirs. Il s’agit d’une double auto-habilitation, à savoir la « plénitude de juridiction » et le « pouvoir régulateur ».

En l’espèce, le Conseil estime que la plénitude de juridiction lui confère « compétence pour connaître de la contestation des actes administratifs participant directement à la régularité d’une élection nationale, lorsque ces actes sont propres à ce scrutin ».

Le principe est noble mais la démarche est unilatérale. Demain, la Cour suprême pourrait admettre la recevabilité du recours contre le même décret, acte administratif, qui est pendant devant elle avant de le qualifier ou non d’acte de gouvernement. En France la plénitude de juridiction était le fruit d’un dialogue constructif entre le Conseil constitutionnel et le Conseil d’Etat.

Bien plus, le Conseil constitutionnel s’est arrogé un « pouvoir régulateur ». Au Considérant 19, il invoque « l’esprit et la lettre de la Constitution et de la loi relative au Conseil constitutionnel » et considère qu’il doit toujours « être en mesure d’exercer son pouvoir régulateur et de remplir ses missions au nom de l’intérêt général, de l’ordre public, de la paix, de la stabilité des institutions et du principe de la continuité de leur fonctionnement ».

Pourtant, cette prérogative est également dévolue au Président de la République. D’ailleurs, c’est sur le fondement de cette disposition que le décret querellé a été pris. Ainsi, notre système constitutionnel est concurremment régulé par le Président de la République et le Conseil constitutionnel. Quoi qu’il en soit, cela ne fait que consolider la démocratie.

 

Par Meissa DIAKHATE

Agrégé de Droit public

Université Cheikh Anta Diop de Dakar

 

 

 

 

3 Commentaires

  1. Ndour Papa Moussa

    Bonjour professeur,
    Très belle analyse comme d’habitude. Cependant , l’hypertrophie présidentielle devrait nous conduire à confier uniquement au conseil constitutionnel ce pouvoir de régulation pour « la stabilité juridique, la paix sociale et le fonctionnement continue des Institutions « 

    Réponse
  2. Bassirou NGOM

    Bonjour Professeur,
    Très belle analyse.

    Réponse
  3. Thiene Amadou

    Merci encore professeur pour cette belle plume. Je me demande cependant si la plénitude de juridiction dont le Conseil constitutionnel s’est arrogé ne rend pas de facto incompétente toute autre juridiction en la matière notamment la cour suprême.

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La déclaration de politique générale du Premier Ministre est-elle menacée ? Par Meissa DIAKHATE

L’une des vertus de la séparation des pouvoirs est de garantir la liberté par la limitation mécanique des pouvoirs politiques. A cet égard, les régimes démocratiques d’obédience parlementaire préconisent une séparation souple des pouvoirs en instaurant des moyens...

Le décret portant répartition des services de l’État : retour sur la vocation juridique originelle d’un texte phare de l’Administration publique. Par Papa Assane TOURE

 Introduction Au Sénégal, l’adoption, d’un décret portant répartition des services de l’État, à la suite de la constitution d’un nouveau Gouvernement, souvent très attendue par les services de l’État, constitue une vieille véritable tradition républicaine. Ce décret...

Les Inspections générales et des lanceurs d’alerte. Leçons apprises d’expériences comparées. Par Dr Abdou Karim GUEYE

« …. Les efforts d'éducation et de sensibilisation contribueront à garantir que les lanceurs d'alerte soient habilités à faire des divulgations licites, et que ces divulgations continueront de contribuer aux efforts des Bureau des Inspecteurs généraux à réduire le...

Quelles réformes en vue de garantir l’indépendance de la justice au Sénégal ? Par Malick MBENGUE

Il y’a Belle lurette que la légitimité, la crédibilité et même l’autorité de la justice sénégalaise sont dénigrés, tel le geai, orné des plumes du paon des Fables de la Fontaine. Ainsi, faudrait-il les ressusciter pour tendre vers l’indépendance, surtout de la justice...

L’adaptation de l’Administration : une prérogative du Secrétariat général du Gouvernement (SGG) et un besoin urgent de retour à l’orthodoxie administrative. Par Dr Mor SECK

Le Secrétariat général du Gouvernement (SGG) est une structure stratégique extrêmement importante, un organisme interministériel, placé sous l’autorité du Premier ministre. Il est chargé de coordonner le travail du Gouvernement d’un point de vue administratif et n’a...

Quelques observations sur les finances publiques du Sénégal au lendemain de l’élection présidentielle du 24 mars 2024 : le Gouvernement face défis du moment. Par Omar SADIAKHOU

Le nouveau ministre du budget, Monsieur Cheikh DIBA, semble avoir la pleine mesure du chantier à l'horizon pour l'Argentier de l'Etat qu'il est. Nous allons vers des temps difficiles, a-t-il déclaré en marge de la passation de service avec son prédécesseur, Monsieur...

Les citoyens au cœur de la transparence dans la gestion publique. Par Cheikh Mbacké GUEYE

Dans son message à la nation du 03 avril 2024 (en prélude de la fête de l’indépendance du 04 avril 2024), le nouveau Président élu du Sénégal a invité les citoyens à s’impliquer davantage dans la gestion publique et à promouvoir la bonne gouvernance. Il leur a demandé...

La protection des lanceurs d’alerte, entre vertu de transparence et frein aux théories du complot. Prof. Jean-Louis CORREA

Le Président de la République, dans son adresse à la Nation, a indiqué la nature des réformes institutionnelles qu’il souhaitait, dans les temps proches, entreprendre. Parmi ces différentes mesures, une en particulier a, plus que les autres, retenu mon attention....

La création d’une CENI n’est-elle pas un problème à la solution ? Par Pr Meissa DIAKHATE

S’il y a un projet itératif dans les prises de parole successives du Président de la République, c’est bien, selon ses mots, « le remplacement de la CENA [Commission nationale électorale autonome] par une Commission électorale nationale indépendante (CENI) avec un...