Les majorités à l’Assemblée nationale à la lumière des résultats provisoires des élections législatives du 31 juillet 2022

La Commission nationale de recensement des votes a proclamé les résultats provisoires issus des élections législatives du 31 juillet 2022 conformément aux dispositions des articles LO 142, 143, 192 et 193 du Code électoral en indiquant notamment que la répartition du nombre de sièges des 165 députés à l’Assemblée nationale : coalition BBY (82), coalition YAW (56), coalition Wallu (24), coalition AAR (1) ; coalition Bokk Guis Gis/liguey (1), coalition les serviteurs MPR (1). Cette distribution des sièges illustre la nécessité de rechercher une majorité suffisante pour contrôler le Parlement né des résultats provisoires. Au regard de la représentation actuelle, une majorité relative semble se dégager avec la coalition au pouvoir arrivée en tête. Dans l’espace public, tous les qualificatifs sont donnés pour saisir le nouveau visage du Parlement qui ne résiste pas à l’évolution de la démocratie libérale secouée par la tendance « illibéraliste » et « populiste » de la démocratie. L’Assemblée nationale sera-t-elle incontrôlable ou dominée ? Quel type de majorité sera retenu pour assoir une démocratie parlementaire ? En tout état de cause, il convient d’apporter quelques clarifications sur les majorités à l’Assemblée nationale à l’aune de la Constitution. La majorité se manifeste de plusieurs formes au Parlement tant dans la procédure législative (I) que dans le contrôle de l’action gouvernementale et présidentielle (II). Ici, elle apparait comme principe décisionnaire.

II. La majorité dans la procédure législative

Dans la procédure législative, deux types de majorités peuvent apparaitre : la majorité des suffrages exprimés (A) et celle des membres composant l’Assemblée nationale (B).

A. La majorité calquée sur les suffrages exprimés

La forme de majorité exigée dans le vote des lois ordinaires est celle qualifiée d’« absolue ». Elle dérive de l’article 71 de la Constitution en ces termes « Après son adoption par l’Assemblée nationale à la majorité absolue des suffrages exprimés, la loi est transmise sans délai au Président de la République pour promulgation ». Ce qui signifie que pour qu’une loi ordinaire soit votée, il faut la majorité des députés ayant voté le jour du vote, c’est-à-dire les « suffrages exprimés ». Ce type de majorité renvoie à « la pluralité des votes qui correspond arithmétiquement à la moitié plus une des voix ou des votes » (O. Beaud).

Dans la procédure d’approbation d’une loi constitutionnelle dans l’hypothèse où le Président de la République décide de ne pas le présenter au Référendum, il est prévu une « une majorité des 3/5 des suffrages exprimés », en vertu de l’article 103 de la Constitution.

B. La majorité déterminée par la composition des membres de l’Assemblée nationale

Cette majorité apparait dans le vote de la loi organique. Celle-ci a pour finalité de compléter ou préciser les dispositions relatives à l’organisation ou le fonctionnement des institutions ou structures prévues ou qualifiées comme telle par la Constitution. Ainsi, l’article 78 de la Constitution prévoit que les lois organiques « sont votées et modifiées à la majorité absolue des membres composant l’Assemblée nationale ». Dans cette hypothèse, il faut la moitié des députés siégeant à l’Assemblée nationale plus 1 des membres (165 : 2 + 1 = 83 députés). Pour ce type de loi, la procédure fait intervenir obligatoirement le Conseil constitutionnel avant la promulgation.

II. La majorité dans le contrôle de l’action gouvernementale et présidentielle

L’une des fonctions essentielles de l’Assemblée nationale est de contrôler de l’action gouvernementale. Il s’agit d’un moyen d’action caractérisant la relation entre l’Assemblée nationale et le gouvernement (A). De même, le Parlement peut interagir avec le Président (B). Dans les deux cas, une majorité est requise pour activer le levier de contrôle.

A. Relation entre l’Assemblée nationale et le Gouvernement

Dans le contrôle parlementaire de l’action gouvernementale, la majorité absolue des membres composant l’Assemblée nationale se jouera dans la Déclaration de politique générale du Premier ministre (art. 55), l’adoption de la motion de censure (art. 86-5), la question de confiance ou l’engagement de la responsabilité du gouvernement sur le vote d’un texte (art. 86). Cette majorité absolue des membres composant l’Assemblée nationale est souvent qualifiée de « majorité constitutionnelle ».

B. Relation entre l’Assemblée nationale et le Président de la République

L’article 101 de la Constitution prévoit que l’Assemblée nationale peut mettre en accusation le Président de la République, pour haute trahison à la majorité des 3/5 des membres composant l’Assemblée nationale. En outre, l’article 73 de la Constitution dispose qu’en seconde lecture « la loi ne peut être votée…que si les trois cinquièmes des membres de l’Assemblée nationale se sont prononcés en sa faveur ».  A la lecture de ces deux dispositions, il faut 99 députés (165 x 3 : 5) dans le cadre de ce procédé décisionnaire, souvent dénommé « majorité qualifiée » ou « renforcée », car supérieure à la majorité absolue.

En conclusion, les majorités à l’Assemblée nationale se détermineront de manière délibérative en fonction des contingences ou des intérêts politiques du moment pour le jeu d’équilibre. La prudence est de mise. L’objet de la délibération va conditionner la majorité requise.

La nature de notre régime politique ne fait pas du Gouvernement une émanation de l’Assemblée nationale ; ce qui empêche une démocratie parlementaire où la majorité a le pouvoir sur le choix de la formation et de la transformation de l’Exécutif. Cette donne nous éloigne du régime parlementaire que beaucoup appellent de leurs vœux.

Moustapha FALL

Docteur en droit public

2 Commentaires

  1. Cheikhna Ahmed tidiane Aïdara

    Je commencerai par remercier Monsieur le docteur pour les éclairages apporté à cette question brûlante de l’actualité et comme docteur l’a si bien expliqué et démontré ce que j’ai pu comprendre c’est que on doit être député du peuple et non député de quelqu’un donc ne pas surtout prendre son statut comme une arme pour s’adonner aux sabotages .
    Et cet posture de l’assemblée peut être bénéfique car le presque équilibre obligera à chaque député de prendre toutes ses responsabilités.

    Réponse
  2. Dieye Magueye

    Machallah mon ami, c’est vraiment riche d’analyse

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fin de mandat de Macky Sall : il est impossible qu’il soit remplacé par le président de l’Assemblée nationale Amadou Mame Diop. Par Pr Samba Traoré

On entend et on lit tous les jours des discussions, des controverses, des prises de position, des avis et même des injonctions sur le sort du Sénégal à partir du 2 avril. Cela fait peur, les sénégalais ont peur, LA GRANDE PEUR S'INSTALLE SUR LE SENEGAL. Normal que...

Le Sénégal face à la vacance inédite de la fonction présidentielle ? Par Pr Meïssa DIAKHATE & Dr Cheikh Omar DIALLO

« Je tiens à préciser que je quitterai mes fonctions au terme de mon mandat le 2 avril … ». Ce tweet attribué au Président de la République, et soudainement tout s’accélère. A dire vrai, la tonalité du propos sème le doute et la perplexité dans l’esprit des Sénégalais...

L’amnistie au Sénégal dans tous ses états. Par Pr Meissa DIAKHATE

Monsieur le Président, Mes Chers Collègues, le Chef de l'Etat a fait son devoir de Guide d'une Nation qu'il veut réconciliée avec elle-même et unie dans le débat démocratique. - Aux représentants de la Nation que nous sommes de faire le nôtre et d'exprimer par un vote...

« PORTE ÉTROITE » : Le Conseil constitutionnel est compétent pour constater la carence du Président de la République et fixer la nouvelle date de l’élection. Par le Collectif des Universitaires pour la Démocratie (CUD)

« PORTE ÉTROITE » Le Conseil constitutionnel est compétent pour constater la carence du Président de la République et fixer la nouvelle date de l’élection Cliquez ici pour télécharger "Porte étroite CUD" Par : Collectif des Universitaires pour la Démocratie (CUD)...

La portée de la décision du conseil constitutionnel sénégalais n° 1/C/2024 du 15 février 2024 à l’aune du regard de l’administrativiste. Par Mouhamadou MBODJ

L’élection présidentielle n’est pas seulement un rendez-vous entre le peuple et son destin, c’est aussi l’occasion de tester à la fois la crédibilité, l’objectivité et la neutralité des institutions qui harmonisent le jeu électoral. Sans s’attarder sur les discrédits...

Tout le droit n’est pas dans la Constitution ! Libres propos sur la Conférence de presse du Président de la République. Par le Pr Meissa DIAKHATE

Au cours de sa conférence de presse du 22 février 2024, le Président de la République a passé en revue l’actualité brûlante de l’échiquier politique. Cet exercice lui a permis d’être plus instructif sur les implications politiques et juridiques de la Décision du...

Impossibilité juridique de reprendre le processus électoral. Point d’octroi d’un « supplément de mandat »!

Entre les frustrations plus ou moins légitimes de candidats recalés et les manœuvres politiciennes d’un régime aux abois, le Sénégal est plongé dans la tourmente institutionnelle la plus totale à cause d’hommes politiques irresponsables, peu soucieux de la stabilité...

La décision n°1/C/2024 du 15 février 2024 : une jurisprudence à l’aune du juridique. Par Madame Ndèye Seynabou Diop NDIONE

L’exercice d’un contrôle de constitutionnalité des lois par les juridictions  constitutionnelles offre une garantie de limitation des pouvoirs politiques et favorise graduellement l’émergence de la démocratie constitutionnelle au Sénégal. D’ailleurs, l’actualité...

L’injusticiabilité des lois constitutionnelles au Sénégal: le juge constitutionnel relativise. Par Wardougou Kelley Sakine

Supposé conflit entre l’Assemblée nationale et le Conseil constitutionnel sur fond d’accusations de certains parlementaires des faits de corruption à l’encontre de quelques membres du conseil constitutionnel, supposé fraude de certains candidats à l’élection...

Observations rapides sur la Décision n°1/C/2024 du 15 Février 2024 rendue par le Conseil Constitutionnel Sénégalais : vérité en deçà de Pyrénées, erreur au-delà ? Par KOUA Éric Samuel & MOUKÉTÈ ÉKOUMÈ

Le 15 février 2024 est sans conteste une date mémorable voire indélébile dans l'histoire constitutionnelle du Sénégal. En effet, en cette date, le Conseil constitutionnel sénégalais (CCS) a rendu la décision numéro 1/C/2024 portant annulation de la loi...