Colloque international ENA Tchad  » L’administration publique et le temps », 17 et 18 juillet 2023

PROGRAMME DU COLLOQUE

 

Dimanche 16 Juillet 2013

 

Arrivée, accueil à l’aéroport international Hassan DJAMOUS de N’Djaména et  installation des  participants dans les Hôtels.

 

Lundi 17 juillet 2023

 

08H30 – 09h30: Accueil et installation des invités et participants au colloque  dans l’Amphithéâtre Idriss Deby ITNO de l’ENA.

 

09h30 – 09h30 : Cérémonie officielle d’ouverture du colloque international

  • Allocution de bienvenue de Madame Noellie ALLAM-NDOUL, Présidente du Comité d’organisation, Directrice des Etudes Administratives, Territoriales et de la Recherche Appliquée
  • Allocution de Monsieur SENOUSSI HASSANA ABDOULAYE Directeur Général de l’ENA,
  • Allocution d’ouverture du colloque prononcée par Monsieur le Ministre Secrétaire Général du Gouvernement, PCA de l’ENA.

 

09h30-10h00 : Leçon inaugurale : L’Administration publique africaine face au défi de la performance, Patrick Edgard Abané Engolo, Maître de conférences, Agrégé de droit public, Université de Yaoundé II

  • Photo des participants au colloque international de l’ENA Tchad

10h00-10H30 : Pause-café

10h-10h30 : Première session : L’organisation administrative du Tchad et le temps 

Sous la présidence de Monsieur le Professeur Kpodar ADAMA,   Directeur général de l’ENA-Togo

Avec comme modérateur Monsieur :

11h00-11h15 : La Constitution face au temps en Afrique, Alioune Badara Fall, Professeur, Université de Bordeaux

11h15- 11h30 : L’administration et le temps, Jean Paul MARKUS, Professeur, Université Paris Saclay

11h30-11h45 : L’administration publique locale au Tchad et le temps, Nyabeyeu Léopold, Professeur Titulaire, Université de Maroua.

11h45- 12h00 : Le recrutement à la fonction publique tchadienne et le temps, Allah-Adoumbeye Djimadoungar, Maître Assistant, HDR, Directeur de la formation initiale et des stages de l’ENA-Tchad

12h00- 12h 15 : Le principe d’égal accès aux emplois publics au Tchad, deux décennies après la loi 17/PR/2001 portant Statut général de la fonction publique, DOUNA NANG-WEYE Dieudonné,  Docteur /Ph.D en Droit public

12h15- 12H30 : Le déroulement de la carrière des fonctionnaires tchadiens, Djonlar Tilo, Dr/Ph.D. en Droit Public, Université de Doba (Tchad).

12h30-13H30 : débats

13h30-14h30 : Pause-déjeuner

Deuxième session : La modernisation de l’administration publique tchadienne

Sous la présidence de Monsieur le Professeur ABDOULAYE SOMA, Université Thomas Sankara de Ouagadougou

Modération :

14h40-14h55 : La problématique de l’adaptation de l’administration publique tchadienne aux exigences de la performance, Begni BAGAGNA, Maître de conférences, Agrégé de droit public, Université de Douala

14h55- 15h10 : Réformation de l’organisation administrative de la République tchadienne moderne, Dr DJARA NJIDDA (assistante), Université de Maroua

15h10-15h25 : La dynamique de la décentralisation en droit positif tchadien, SALEH ABAKAR SALEH, Doctorant en droit public/ Université de Maroua-Cameroun

15h25-15h40 : Le mandat des organes municipaux et le temps au Tchad : entre continuités et inachèvements, NAHOMADJI ALLASRA, enseignant vacataire à la Faculté de sciences juridiques et politiques de l’Université de N’Djaména et à l’ENA-Tchad

15h40-15h55 : Les principes modernes de service public dans l’administration publique tchadienne : le principe de transparence et de respect des usagers, Emmanuel MAMAAM, enseignant vacataire à la Faculté de sciences juridiques et politiques de l’Université de N’Djaména et à l’ENA-Tchad.

15h55-16h20 : Pause-café

16h20-17h20 : Débats

Troisième session : La trilogie administration, administré et le temps 

17h20-17h35 : Le pouvoir de police et le droit au temps de la pandémie à coronavirus au Tchad, Dr POMTE-LE Théodore, Chargé de Cours en Droit public à l’Université de Maroua

17h35-17h50 : Les effets de la mort du fonctionnaire en droit de la fonction publique au Tchad, NTAH A MÀTSAH Henri Martln Martial, Maître-Assistant, HDR de droit public, Université de Bertoua.

15h50-18h05 : Mésalignement de change dans la zone franc CFA : évaluation et implications pour la politique économique, Mbodou Moustapha Adji, enseignant chercheur à l’université de Poitiers en France

18h05-18h40 : Débats

Fin de la première journée

 

DEUXIEME JOURNEE

 Session 1 : Les institutions administratives au Tchad et le temps

Sous la présidence du Pr REOUNODJI Frédéric, SG du Ministère de l’Enseignement supérieur du Tchad

 Modérateur :

 8h00-8h15 : Le temps, un révélateur du dysfonctionnement des services publics en Afrique, Ouedraogo Djibrhina, Maître de conférences, Agrégé de droit public, Université Thomas Sankara

 8h15-8h30 : Le procès pénal et le temps, Yawaga Spner, Professeur Titulaire, Université de Maroua.

 8h30-8h45 : La délégation des pouvoirs du Président de la République du Tchad dans le temps, ZOUMLII Philippe, Dr/Ph. D. en Droit Public, Université de Maroua

 8h45-9h00 : L’Administration publique tchadienne à l’épreuve des crises socio-politiques de l’ère postindépendance : entre disfonctionnements, adaptabilité et continuité, DJIMASSAL Patrick,  Doctorant en droit public à l’Université Marien N’GOUABI/Brazzaville

 09h00-9h15 : l’administration tchadienne : entre léthargie ou l’incrementalisme. Dr Baissemma Thomas, Enseignant permanent de l’ENA-Tchad

 09h15-09h30 : L’effritement des institutions administratives tchadiennes à travers l’inféodation des normes culturelles des détenteurs du pouvoir politique : Une autopsie socioanthropologique, MAHAMAT   FOUDDA  DJOURAB, Maitre-Assistant CAMES, Enseignant – Chercheur à l’Université de N’Djaména (Tchad), Département de Sociologie

 9h30-10h30 : Débats

 10h30-10h50 : Pause-café

 Deuxième session : L’administration électronique et le temps

Sous la présidence du Pr ALIOUNE BADARA FALL

Modérateur :

 10h55-11h10 : les enjeux de la digitalisation des services publics au Tchad, Mahamat INGAI ABDALLAH, Docteur Ph/d, Enseignant permanent de l’ENA-Tchad.

 11h10-11h25 : La digitalisation des procédures douanières et la performance de l’administration douanière tchadienne, AKAMESSE Marie Antoinette, Docteur Ph.D en Droit public Université de Maroua (Cameroun)

11h25-11h40 : L’administration publique tchadienne à l’ère du numérique, Dr ADOUM INOUA Ph/D. en Droit Public, Enseignant vacataire à la faculté de sciences juridiques et politiques de l’université de N’Djaména et ENA-Tchad.

 11h40-11h55 : Gestion des ressources humaines à l’ère du numérique au Tchad, MASSANA DOUM Esaïe, Doctorant à l’Université de Maroua / Cameroun

11h55-12h10 : L’administration électronique et les principaux fondamentaux du service public, Youssouf Mahamat Youssouf, Chef de service délocalisé de l’ENA-Tchad

12h10-13h10 : Débats

Troisième session : Le juge constitutionnel et les normes internationales

Sous la présidence de Monsieur le Pr DJIKOLOUM BENAN Benjamin

Avec comme modérateur Monsieur

La prévention des violations du droit administratif tchadien et le temps 

13h10-13h25 : Le juge administratif africain et le chronomètre, Ibrahim David SALAMI, Agrégé en droit public, Professeur Titulaire, Université d’Abomey-Calavi

13h25-13h40 : Le temps dans l’administration de la justice civile au Tchad, HOUNBARA KAOSSIRI Léon, Maitre de conférences, Agrégé des Facultés de Droit, Université de Garoua (Cameroun)

13h40-13h55 : Le temps dans le contentieux administratif tchadien, Salomon Ndjetolet Mbainang, PhD en droit public, Assistant à la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques de l’Université de Ndjamena

13h55-14h55 : Pause-déjeuner

14h55-15h25 : Débats

Quatrième session : La sanction des violations du droit administratif tchadien et le temps

Sous la présidence de Monsieur le Pr Jean-Paul MARKUS

Avec comme modérateur Monsieur

15h30-15h45 : L’administration publique et le temps en matière d’exécution des décisions de justice. Brèves réflexion sur le temps administratif, Mambo Yapi Paterne, Maître de conférences, Agrégé de droit public, Université Houphouët Bogny.

15h45-16h00 : De la lutte contre l’impunité à la responsabilité d’empêcher la commission des infractions à la sécurité de l’Etat au Tchad,  ZOUMLII Philippe Dr/Ph. D. en Droit Public, Université de Maroua

16h00- 16h15 : Le juge Tchadien et la sanction de l’inobservation du temps : Analyse à partir de la problématique de la performance des administrations publiques Tchadiennes, AGUIDE MESSIE, Docteur /Ph.D en Droit privé, Avocat au barreau du Tchad

16h30 : Cérémonie de clôture

16h30-16h15 : Synthèse des travaux du colloque

16h15-16h30 : Mots du Doyen d’âge des participants étrangers

16h30-16h45 : Mots du DG/ENA

16h45 : Mots de clôture du Ministre SG

 

3 Commentaires

  1. BA

    Les thèmes sont très intéressants.
    J’attends avec impatience les actes de ce Cologne de haute facture

    Réponse
  2. Diop

    Possible de disposer des actes du collogue ?

    Réponse
  3. MADJIRESSEM MARCELIN

    Bravo à l’équipe dirigeante de ce colloque et merci aux participants qui sans eux, rien n’aurait été possible. Cependant, vos actes sont attendus avec impatience

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fin de mandat de Macky Sall : il est impossible qu’il soit remplacé par le président de l’Assemblée nationale Amadou Mame Diop. Par Pr Samba Traoré

On entend et on lit tous les jours des discussions, des controverses, des prises de position, des avis et même des injonctions sur le sort du Sénégal à partir du 2 avril. Cela fait peur, les sénégalais ont peur, LA GRANDE PEUR S'INSTALLE SUR LE SENEGAL. Normal que...

Le Sénégal face à la vacance inédite de la fonction présidentielle ? Par Pr Meïssa DIAKHATE & Dr Cheikh Omar DIALLO

« Je tiens à préciser que je quitterai mes fonctions au terme de mon mandat le 2 avril … ». Ce tweet attribué au Président de la République, et soudainement tout s’accélère. A dire vrai, la tonalité du propos sème le doute et la perplexité dans l’esprit des Sénégalais...

L’amnistie au Sénégal dans tous ses états. Par Pr Meissa DIAKHATE

Monsieur le Président, Mes Chers Collègues, le Chef de l'Etat a fait son devoir de Guide d'une Nation qu'il veut réconciliée avec elle-même et unie dans le débat démocratique. - Aux représentants de la Nation que nous sommes de faire le nôtre et d'exprimer par un vote...

« PORTE ÉTROITE » : Le Conseil constitutionnel est compétent pour constater la carence du Président de la République et fixer la nouvelle date de l’élection. Par le Collectif des Universitaires pour la Démocratie (CUD)

« PORTE ÉTROITE » Le Conseil constitutionnel est compétent pour constater la carence du Président de la République et fixer la nouvelle date de l’élection Cliquez ici pour télécharger "Porte étroite CUD" Par : Collectif des Universitaires pour la Démocratie (CUD)...

La portée de la décision du conseil constitutionnel sénégalais n° 1/C/2024 du 15 février 2024 à l’aune du regard de l’administrativiste. Par Mouhamadou MBODJ

L’élection présidentielle n’est pas seulement un rendez-vous entre le peuple et son destin, c’est aussi l’occasion de tester à la fois la crédibilité, l’objectivité et la neutralité des institutions qui harmonisent le jeu électoral. Sans s’attarder sur les discrédits...

Tout le droit n’est pas dans la Constitution ! Libres propos sur la Conférence de presse du Président de la République. Par le Pr Meissa DIAKHATE

Au cours de sa conférence de presse du 22 février 2024, le Président de la République a passé en revue l’actualité brûlante de l’échiquier politique. Cet exercice lui a permis d’être plus instructif sur les implications politiques et juridiques de la Décision du...

Impossibilité juridique de reprendre le processus électoral. Point d’octroi d’un « supplément de mandat »!

Entre les frustrations plus ou moins légitimes de candidats recalés et les manœuvres politiciennes d’un régime aux abois, le Sénégal est plongé dans la tourmente institutionnelle la plus totale à cause d’hommes politiques irresponsables, peu soucieux de la stabilité...

La décision n°1/C/2024 du 15 février 2024 : une jurisprudence à l’aune du juridique. Par Madame Ndèye Seynabou Diop NDIONE

L’exercice d’un contrôle de constitutionnalité des lois par les juridictions  constitutionnelles offre une garantie de limitation des pouvoirs politiques et favorise graduellement l’émergence de la démocratie constitutionnelle au Sénégal. D’ailleurs, l’actualité...

L’injusticiabilité des lois constitutionnelles au Sénégal: le juge constitutionnel relativise. Par Wardougou Kelley Sakine

Supposé conflit entre l’Assemblée nationale et le Conseil constitutionnel sur fond d’accusations de certains parlementaires des faits de corruption à l’encontre de quelques membres du conseil constitutionnel, supposé fraude de certains candidats à l’élection...

Observations rapides sur la Décision n°1/C/2024 du 15 Février 2024 rendue par le Conseil Constitutionnel Sénégalais : vérité en deçà de Pyrénées, erreur au-delà ? Par KOUA Éric Samuel & MOUKÉTÈ ÉKOUMÈ

Le 15 février 2024 est sans conteste une date mémorable voire indélébile dans l'histoire constitutionnelle du Sénégal. En effet, en cette date, le Conseil constitutionnel sénégalais (CCS) a rendu la décision numéro 1/C/2024 portant annulation de la loi...