L’apologie d’un Conseil constitutionnel inclusif : Pour le retour des Professeurs de droit et l’entrée des anciens Présidents de la République. Par Souleymane NDOUR

La composition du Conseil constitutionnel sénégalais est souvent évoquée que lorsqu’une nouvelle nomination est effectuée dans le cadre d’un renouvèlement, soit après la fin de mandat, soit lorsque le décès d’un membre survient.
C’est un sujet qui fait également couler beaucoup d’encre et de salive si la représentation n’est pas équilibrée, comme on en a assisté récemment avec l’absence de professeur de droit dans l’effectif des sages.
Il s’agit dans cette contribution d’aborder la problématique de la constitution du Conseil sous le prisme de la constatation (I) mais également prospectif en suggérant, et ce point forge à certains égards le cœur de cette réflexion, l’institutionnalisation des membres de droit (II).

Cliquez ici pour télécharger l’intégralité de la contribution « L’apologie d’un Conseil constitutionnel inclusif ».

Par Souleymane NDOUR

Doctorant ATER en droit public à l’Université de Reims

7 Commentaires

  1. Ngom

    Merci professeur. Toujours cohérent. Diadieuf!

    Réponse
  2. SYLLA

    Merci mon intellectuel Ndour. Merci d’avoir partagé ce travail riche d’enseignements. J’ai beaucoup apprécié et aimé. Diadieuf. Ton grand

    Réponse
  3. Moussa souaré

    Merci professeur c’est un promotionnaire de le L1 à la L3 à l’UCAD.

    Réponse
  4. Stéphane Bolle

    Votre plaidoyer est intéressant, mais il ne résiste pas à l’épreuve des événements récents. Il est aujourd’hui insoutenable, après la décision du Conseil constitutionnel du 15 février 2024, de considérer qu’un siège à vie au Conseil constitutionnel pour Président Macky Sall, à la fin de son mandat le 2 avril 2024, apporterait une plus-value à la justice constitutionnelle.

    Réponse
  5. Souleymane Ndour

    C’est votre avis, je vous le concède mais il ne me semble pas pertinent pour remettre en cause mon plaidoyer. Au fond, l’Assemblée a exercé son pouvoir législatif, le président de la République a pris son décret et le Conseil constitutionnel a invalidé. C’est un jeu normal des pouvoirs en dehors de toute crise institutionnelle. Les citoyens ont aussi, par ailleurs, exercé leur droit de résistance consacré par la Constitution. Toutes choses normales en démocratie. Je ne vois en rien (même si on peut ne pas apprécier la personne du Président Sall) en quoi cela entame la figure présidentielle, a fortiori si la décision est respectée. C’est une faculté, il peut choisir de siéger ou pas.

    Réponse
  6. Stéphane Bolle

    Je maintiens qu’un ancien Chef de l’État n’a pas sa place au Conseil constitutionnel, au regard notamment du calamiteux feuilleton que vit aujourd’hui le Sénégal et qui ne se ramène pas au jeu normal des institutions en démocratie.
    Vous semblez grandement relativiser les actes récents du Président de la République qui ont pourtant plongé le Sénégal dans une grave crise constitutionnelle toujours non résolue à ce jour.
    Heureusement, dans sa décision historique du 15 février 2024, le Conseil constitutionnel a empêché le coup de force constitutionnel. Reste que le Président de la République, malgré son engagement à respecter la décision du Conseil, tarde à l’exécuter et renvoie à un nouveau dialogue national la fixation de la date de la présidentielle qui devait se tenir le 25 février.
    Comment celui qui est l’auteur ou le commanditaire de manœuvres grossièrement anticonstitutionnelles, celui qui a failli en tant que gardien politique de la Constitution, pourrait-il légitimement, après l’expiration de son mandat présidentiel, siéger à vie au Conseil constitutionnel, gardien juridictionnel de la Constitution ?
    Ce ne sont là bien sûr que des spéculations puisque la Constitution actuelle ne lui octroie pas ce privilège exorbitant et hors sol.

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La déclaration de politique générale du Premier Ministre est-elle menacée ? Par Meissa DIAKHATE

L’une des vertus de la séparation des pouvoirs est de garantir la liberté par la limitation mécanique des pouvoirs politiques. A cet égard, les régimes démocratiques d’obédience parlementaire préconisent une séparation souple des pouvoirs en instaurant des moyens...

Le décret portant répartition des services de l’État : retour sur la vocation juridique originelle d’un texte phare de l’Administration publique. Par Papa Assane TOURE

 Introduction Au Sénégal, l’adoption, d’un décret portant répartition des services de l’État, à la suite de la constitution d’un nouveau Gouvernement, souvent très attendue par les services de l’État, constitue une vieille véritable tradition républicaine. Ce décret...

Les Inspections générales et des lanceurs d’alerte. Leçons apprises d’expériences comparées. Par Dr Abdou Karim GUEYE

« …. Les efforts d'éducation et de sensibilisation contribueront à garantir que les lanceurs d'alerte soient habilités à faire des divulgations licites, et que ces divulgations continueront de contribuer aux efforts des Bureau des Inspecteurs généraux à réduire le...

Quelles réformes en vue de garantir l’indépendance de la justice au Sénégal ? Par Malick MBENGUE

Il y’a Belle lurette que la légitimité, la crédibilité et même l’autorité de la justice sénégalaise sont dénigrés, tel le geai, orné des plumes du paon des Fables de la Fontaine. Ainsi, faudrait-il les ressusciter pour tendre vers l’indépendance, surtout de la justice...

L’adaptation de l’Administration : une prérogative du Secrétariat général du Gouvernement (SGG) et un besoin urgent de retour à l’orthodoxie administrative. Par Dr Mor SECK

Le Secrétariat général du Gouvernement (SGG) est une structure stratégique extrêmement importante, un organisme interministériel, placé sous l’autorité du Premier ministre. Il est chargé de coordonner le travail du Gouvernement d’un point de vue administratif et n’a...

Quelques observations sur les finances publiques du Sénégal au lendemain de l’élection présidentielle du 24 mars 2024 : le Gouvernement face défis du moment. Par Omar SADIAKHOU

Le nouveau ministre du budget, Monsieur Cheikh DIBA, semble avoir la pleine mesure du chantier à l'horizon pour l'Argentier de l'Etat qu'il est. Nous allons vers des temps difficiles, a-t-il déclaré en marge de la passation de service avec son prédécesseur, Monsieur...

Les citoyens au cœur de la transparence dans la gestion publique. Par Cheikh Mbacké GUEYE

Dans son message à la nation du 03 avril 2024 (en prélude de la fête de l’indépendance du 04 avril 2024), le nouveau Président élu du Sénégal a invité les citoyens à s’impliquer davantage dans la gestion publique et à promouvoir la bonne gouvernance. Il leur a demandé...

La protection des lanceurs d’alerte, entre vertu de transparence et frein aux théories du complot. Prof. Jean-Louis CORREA

Le Président de la République, dans son adresse à la Nation, a indiqué la nature des réformes institutionnelles qu’il souhaitait, dans les temps proches, entreprendre. Parmi ces différentes mesures, une en particulier a, plus que les autres, retenu mon attention....

La création d’une CENI n’est-elle pas un problème à la solution ? Par Pr Meissa DIAKHATE

S’il y a un projet itératif dans les prises de parole successives du Président de la République, c’est bien, selon ses mots, « le remplacement de la CENA [Commission nationale électorale autonome] par une Commission électorale nationale indépendante (CENI) avec un...